#537 • Macallan Lumina

Macallan Lumina

41.3% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Ça fait un bail qu’on ne s’est pas tapés un scotch de péteux par excellence, un bon vieux Macallan. Merci à Québec Whisky pour cette belle dégustation de pandémie avec de belles affaires qui coûtent cher.

On y va avec une édition uniquement disponible en boutique hors-taxes, le Macallan Lumina (Non, Steve, pas le minivan).

C’est un whisky vieilli en fûts de sherry espagnol aussi bien qu’en fûts de chêne américain, Macallan aimant de plus en plus diversifier l’origine de ses fûts, tout en faisant grimper insidieusement les prix de détail.

Comme ça faisait longtemps que je n’avais pas cité mon chum de brosse Sir Winston Leonard Spencer Churchill (1874-1965):

Ce n’est pas la lumière qui manque à notre regard, c’est notre regard qui manque de lumière.

Doré assez léger rappelant le Macallan Gold et le 12 Double Cask.

Nez:
L’épine dorsale du malt de Macallan est bien là, mais à l’image de ses expressions plus disons « paresseuses » (oui, Gold, c’est toi que je regarde), on dirait qu’une certaine maladresse s’installe. Morsure d’alcool abrupte, quelques fruits nappés de miel. Pommes vertes et herbe. Melon, vanille et caramel. Le fait de le laisser respirer m’apaise et me réconcilie un peu.

Bouche:
Menthe fraîche, caramel et melon. Bois et fruits des champs. Quelques épices. Le malt se perd un peu dans l’expérience. Assez jeune comme traitement, palette décousue. Non.

Finale:
Assez astringente et épicée sur les bords. Retour du bois vert et de la pomme. La texture, qui ne partait déjà pas d’une super position, est en déconfiture, de plus en plus insipide d’une seconde à l’autre.

Équilibre:
Au prix et à la rareté que sont les embouteillages de Macallan, on est en droit de s’attendre à de la bombe. Parfois oui, je le concède, mais de plus en plus souvent on essaie de nous en passer des p’tites vites. Malheureusement une autre « attrape » du marché duty-free.

Note: ★★★★★

#536 • Macallan Whisky Maker’s Edition 1930’s Propeller Plane

Macallan Whisky Maker's Edition 1930 Propeller Plane

42.8% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Ça faisant un bon bout qu’on ne s’était pas tapé une dégustation de péteux, merci à Québec Whisky pour toujours avoir le dram qu’il faut au bon moment. Effectivement, grâce à eux hier soir nous avons eu la chance de goûter à six expressions de Macallan, tirés pour la plupart d’exclusivités du marché hors-taxes.

Nous avons commencé la soirée avec le Macallan Whisky Maker’s Edition, 1930 Propeller Plane, avec le bel avion sur l’emballage. Mélange de sherry et bourbon casks, disponible en boutique hors-taxes, comme la plupart des expressions de ce soir. Le design de la bouteille est la création de l’artiste Nick Veasey.

Quant au whisky lui-même, il a été élaboré par le gérant de la distillerie, Bob Dalgarno, à partit de fûts de sherry et de bourbon.

Comme le disait si bien l’aviateur, constructeur aéronautique, homme d’affaires, producteur et réalisateur cinématographique américain Howard Robard Hughes (1905-1976):

N’insultez pas un crocrodile lorsque vos pieds sont encore dans l’eau.

Nez:
Cassonade, malt grillé, xérès et fruits de champs mÛrs. Oranges, cacao et dattes. Raisins secs, fumée et vanille. Chêne rôti. C’est surprenant comme c’est bon.

Bouche:
Sherry goulu, raisins et épices, touche de caramel et de vanille, cosse d’orange et cacao râpé. Bois et fruits, bardé de poivre rose.

Finale:
Longue, chaude et bien dosée sur les épices, le taux d’alcool et l’influence du sherry cask.

Équilibre:
Un bon assemblage de sherry casks de la distillerie, je me demande à quel point son prix et sa rareté duty-free en vaut la peine, mais bon. On y goûte, on ne chiâle pas.

Note: ★★★★★