#475 • Game of Thrones House Lannister Lagavulin 9 ans

48% alc./vol.
Distillerie Lagavulin, Port Ellen, Islay, Écosse

Grande finale de la gamme des single malts de la série Game of Thrones, qui met en scène un concept où chaque grande maison de la série de bouquins est associée à une distillerie du géant de la boisson Diageo.

Merci à l’alliance entre Québec Whisky et La Centrale Scotch Whisky, qui a permis de faire vivre cette dégustation épique à nos membres bien avant la sortie en SAQ de cette collection!

Comme quoi un des grands conseils de la vie est de toujours garder le meilleur pour la fin, la famille Lannister n’avait d’autre choix que de se laisser représenter par la grande Lagavulin. On encense souvent le 16 ans d’âge de la distillerie, et bien que cette expression n’en ait que 9, mais n’ayez crainte, cet embouteillage est digne de tous ces personnages complexes et perfides.

Les mots officiels de la famille sont « Hear me Roar », mais on connaît beaucoup plus les paroles suivantes qui sont fièrement propagées par tous les Lannister:

A Lannister always pays his debts.

Nez:
Tourbe dans un écrin de sherry, main de fer dans un gant de velours, tout comme la maison Lannister. Tundra, caramel, tourbe maritime et fruits des champs. Jus de pomme-raisin. Fumée enivrante.

Bouche:
Texture soyeuse et sensuelle, tourbe fruitée, bois de chêne, épices, xérès et orange. Très vineux, tannins, cuir et caramel. Confitures de framboise. Exquis.

Finale:
Douce et corsée à la fois, sur une longue et ensorcelante période. Chêne gorgé de xérès et d’épices, fumée discrète et salée à la fois.

Équilibre:
Le grand gagnant de la série. Dans presque toute oeuvre de fiction, le vilain est toujours plus complexe. Ici nous avons droit à un grand Lagavulin, son seul point faible étant que tout comme les Lannisters, nous savions à quoi nous attendre. Tywin doit en avoir des tonneaux et des tonneaux sous les fondations de Casterly Rock.

Note: ★★★★

#466 • Ardbeg Corryvreckan

57.1% alc./vol.
Distillerie Ardbeg, Port Ellen, Islay, Écosse

QUOI?! QUUUOOOWHAT?! Je n’avais pas encore mis sur « papier » mon évaluation du Ardbeg Corryvreckan? Nous devons remédier à la situation immédiatement.

En gaélique écossais, corryvreckan, ou coirebhreacain, signifie la « marmite des mers tachetées ». C’est aussi le nom d’un massif tourbillon marin, en fait le troisième plus grand au monde, situé à peu près entre les îles de Jura et de Scarba. Les légendes racontent que Breacan, un jeune viking, a dû survivre 3 jours et 3 nuits dans le Corryvreckan pour prouver son amour à la fille du Seigneur des Îles.

Comme le disait si bien l’auteur belge de bande dessinée Georges Remi, aussi connu sous son nom de plume (ou de crayon) Hergé (1907-1983):

Il vaut mieux voir les choses de loin. Au coeur du tourbillon, on ne peut mesurer l’étendue de la tempête.

Or profond presque brunâtre avec des jambes qui n’en finissent plus.

Nez:
Une grosse tourbe crasseuse envahit la pièce au moment même où on verse dans le verre. Fumée de tourbe et citron. Raisins, pierre salée et bacon cramé. Ça semble vouloir commencer en douceur avec les arômes plus sucrés, mais la monstrueuse tourbe d’Ardbeg ne tarde pas, à notre grand bonheur, à violemment tout envahir.

Bouche:
Toujours la tourbe citronnée, enlacée avec chêne, cannelle, anis, réglisse noire et rouge, ultra-goûteux à tous les niveaux.

Finale:
Jerky de boeuf fumé, tourbe sale et délicieuse, caoutchouc, malt grillé, épices de Montréal, cannelle et planche de chêne.

Équilibre:
Un vrai tourbillon de saveurs toutes plus délicieuses les unes que les autres. Malheureusement un autre bijou difficile, voire même impossible, à dénicher par chez nous.

Note: ★★★★