#376 • Aberfeldy 21 ans

Aberfeldy 21 ans

40% alc./vol.
Distillerie Aberfeldy, Aberfeldy, Highlands, Écosse

Je vous avais promis d’en arriver à ce malt il y a quelque temps, et j’ai fini par aller y goûter en SAQ Signature, voici le Aberfeldy 21 ans.

Produisant exclusivement pour les blends de Dewar’s depuis sa fondation par John Dewar & Sons en 1896, la distillerie Aberfeldy n’embouteille du single malt sous son nom que depuis 1999, même pas 20 ans! Ce qui ne les empêchait pas d’en produire et de le laisser vieillir, pour nous offrir ce que nous allons déguster aujourd’hui, un beau 21 ans d’âge.

Comme le disait si bien le nouvelliste et romancier américain Robert E. Howard, inventeur de l’heroic fantasy, avec les aventures de son héros Conan le Barbare (1906-1936):

Tout homme s’offre le luxe inestimable de prononcer son premier et son dernier mot.

Très riche et bien doré.

Nez:
Caramel lourdement malté. Noix et oranges. L’influence du bois est marquée, mais sans trop vouloir prendre toute la place.

Bouche:
Miel sucré et juteux, beau poids en bouche, marmelade un peu amère, fruits et délicieux toffee. Raisins. Doux et suave, malgré qu’on voudrait un tout petit peu plus de personnalité.

Finale:
Assez courte sur de fortes notes de vanille et de chêne grillé.

Équilibre:
Un excellent nez, mais la tranquilité du reste de l’expérience fait patate. Donnez-nous un peu plus de teneur en alcool. Avec un nez et un énoncé d’âge pareil, je m’attends à plus de cette distillerie.

Note: 3 Stars

Publié dans Highlands Tagués avec :

#375 • Glen Breton Fiddler’s Choice

Glen Breton Fiddlers Choice

43% alc./vol.
Distillerie Glenora, Nouvelle-Écosse, Canada

On revient en sol canadien avec un single malt de la distillerie Glenora en Nouvelle-Écosse, le Glen Breton Fiddler’s Choice.

Datant de seulement 1989, la distillerie Glenora est une des plus jeunes au pays. Elle a été construite par un architecte écossais et utilisait jusqu’en 2007 exclusivement de l’orge d’origine écossaise.

Le fiddle, tant qu’à lui, est un violon on pourrait dire avec une connotation populaire, ce qui l’a aidé à se répandre aux quatre coins de l’Écosse. Pour le whisky, il s’agit d’un single malt sans mention d’âge qui a vieilli dans des fûts ayant contenu du bourbon du Kentucky. Selon la distillerie, c’est un spiritueux qui capture bien l’esprit du Cap Breton.

Comme le dit si bien ce proverbe roumain:

Une tente sans femme est comme un violon sans cordes.

Doré très pâle et légèrement embrumé.

Nez:
Marqué par un peu de vanille, de bois et d’orge. Le tout est emmêlé dans herbe et fleurs ainsi qu’une pointe de vernis à ongles. Rappelle un Lowland moyen. Un peu d’anis mal placé.

Bouche:
Miel et vanille. Épices amusantes et chêne. Moins déplaisant qu’au nez, malgré qu’il fait bien peu de vagues.

Finale:
Quelques épices dans une vague de vanille s’estompent rapidement et il faut peu de temps pour que toute cette expérience tombe dans l’oubli.

Équilibre:
Pas horrible, mais doublement honteux, car en plus d’être inférieur aux autres expressions de la distillerie, il est à des années-lumière en-dessous des nouveaux single malts canadiens. Je ne veux plus entendre ce violoneux.

Note: 2 Stars

Publié dans Whisky Canadien Tagués avec :