#002 • Lagavulin 16 ans

Lagavulin 16

43% alc./vol.
Distillerie Lagavulin, Port Ellen, Islay, Écosse

Lagavulin, anglicisé du gaélique lag a’mhuilin, qui signifie “vallon près du moulin”, est reconnu pour ses expressions tourbées et fumées.

Le 16 ans d’âge est le plus populaire et aussi le plus louangé, ayant mérité entre autres la double médaille d’or du San Francisco World Spirits Competition quatre années consécutives, de 2005 à 2008…

Son goût particulier et son prix en SAQ n’en font pas un scotch de débutant, mais une fois habitué je vous garantis que le jeu en vaut la chandelle…

Nez:
Tourbe, mousse, fumée, cuir, air salin. On s’imagine en train de tanner du cuir au pied d’un phare sur une côte de la tundra… L’Islay, quoi…

Si on le laisse s’ouvrir, de fortes effluves d’iode s’en dégagent. Je pourrais y rester le nez dedans pendant des heures…

Bouche:
Cuir, un peu de caramel, un peu d’orange, particulièrement doux et sucré pour un Islay… Probablement dû à son vieillissement en fûts de sherry/xerès.

Finale:
Fumée, lichen, le nord. Interminable, j’adore.

Équilibre:
Une belle complexité, et surtout une belle progression. Toutes les étapes de la dégustation s’enchaînent et se complètent à merveille. Tout semble exactement à sa place, on dirait presque un rituel.

Note: 5 Stars

#001 • Glen Breton Rare 10 ans

Glen Breton 10

40% alc./vol.
Distillerie Glenora, Nouvelle-Écosse, Canada

Pourquoi ne pas commencer avec un whisky bien de chez nous, en tout cas ce qui s’en rapproche le plus. Quand on pense whisky canadien, on pense souvent aux whiskies de sègle dont la réputation n’est plus à faire… Mais voici la distillerie néo-écossaise Glenora qui débarque avec le premier et jusqu’à date seul single malt canadien, le Glen Breton.

Fait cocasse, la Scotch Whisky Association a poursuivi Glenora pour l’utilisation du mot glen (provenant du gaélique gleann, qui veut dire “vallée”), qui pourrait selon eux, faire croire à tort qu’il s’agit d’un scotch. En vérité Glenora a choisi ce nom parce que la distillerie est située à Glenville au Cap Breton. Mais heureusement en 2009 la Cour suprême du Canada a tranché de notre côté…

Bon et bien maintenant que notre soif de connaissances a été étanchée, passons aux choses sérieuses…

Nez:
Fleurs et vanille. Miel et gingembre. Une touche d’érable (peut-être dans ma tête, une suggestion subconsciente du fait que ce soit un single malt canadien)…

Bouche:
Butterscotch syrupeux. Un peu savonneux. Rondeur intéressante.

Finale:
Herbe légèrement fumée… suivi d’une pointe d’eau d’érable. Malheureusement trop courte…

Équilibre:
Après l’avoir bu, on croirait entendre au loin le bruit de la paille qui aspire le fond de glace d’un verre de Coke. C’est un whisky triste… Il s’en va trop vite.

Il paraît qu’ils en font une version vieillie en fûts de vin de glace. C’est un Cask Strength typiquement d’ici que j’aimerais bien essayer un jour…

Note: 2 Stars