#005 • Mackmyra Den Första Utgåvan (1st Edition)

Mackmyra 1st Edition

46.1% alc./vol.
Distillerie Mackmyra, Mackmyra, Gästrikland, Suède

(Edit) Le Mackmyra 1ère édition est le troisième whisky auquel nous avons goûté à la soirée spéciale Mackmyra du Club de Scotch Whisky de Québec le 9 mai 2013. Cette critique date de quelques mois auparavant, d’une bouteille de ma réserve personnelle. Je réutilise donc sans gêne cet article en lieu de mon troisième verre de cette dégustation. Comme dirait le Cardinal Léger derrière ses lunettes de soleil « Top Gun »:

Deal with it!

Fondée en 1999, Mackmyra est la plus vieille des distilleries suédoises, et la seule avec des embouteillages sur le marché. Le Mackmyra 1st Edition est l’une des deux expressions les plus répandues.

N’ayant plus rien d’autre à dire sur les suédois, au lieu de tenter une joke plate sur IKEA, passons à la dégustation…

Nez:
Salade de fruits avec un peu de vanille dans son sirop. Au deuxième nez, la vanille prend le dessus, accompagné d’un bon coup d’alcool curieusement pas désagréable. Une touche florale à la fin. Très plaisant.

Bouche:
Encore sucré et vanillé. On peut y goûter ensuite le fût de chêne et les épices. Ça pète en bouche, les petits fruits sucrés, les baies schtroumpfantes. Menoum!

Finale:
Tout ce qui se passe avant s’étire joyeusement ici. Ça pourrait durer encore un peu plus, mais bon… On a juste à en prendre un autre verre.

Équilibre:
Si on se sent la dent sucrée, c’est un whisky excessivement dangereux. Si vous prenez un verre et qu’on vous annonce une excellente nouvelle (du calibre “tu vas être papa”), c’est garanti que la bouteille y passe.

Note:

#004 • Isle of Jura Superstition (embouteillage 2009)

Jura Superstition

43% alc./vol.
Distillerie Jura, Île de Jura, Écosse

La distillerie Jura a été fondée en 1810. L’île de Jura mesure 12km de large par 48km de long. Elle comporte une route, un pub, et une distillerie. Sa population est de 188 habitants. D’après moi ils travaillent tous à la distillerie.

Il paraît qu’il est extrêmement difficile de s’y rendre, même avec les moyens d’aujourd’hui. C’est aussi mystérieux que la bouteille.

Nez:
Tourbe, un peu de fumée, voire même du bacon. J’ai l’impression de rentrer à l’intérieur après avoir pelleté l’entrée à -20. Le p’tit jambon d’hiver.

Bouche:
Pas très rond ou syrupeux. Un peu sucré, un peu fumé. Agréable mais sans plus.

Finale:
Épicée et à peine fumée. Longueur moyenne. Malheureusement la fumée part avant l’épice.

Équilibre:
Un peu cher pour ce que c’est, malgré que ça reste un excellent scotch pour se réchauffer après avoir passé une journée de Février à glander dehors, genre au Carnaval.

Note: