#455 • J.P. Wiser’s Legacy

wiser legacy

45% alc./vol.
Hiram Walker & Sons Limited, Windsor, Ontario, Canada

Élaboré en 1857, J.P. Wiser’s est le plus vieux whisky canadien produit en continu. Bien que leur expression de base soit un des whiskys canadiens avec un des rapports qualité/prix les plus agressifs, on remarque tranquillement que ce précepte semble s’appliquer aussi au reste de la gamme.

Le « Legacy » est un hommage à J.P. Wiser lui-même, blend basé sur une des dernières recettes originales du fondateur. On parle d’une combinaison de seigle, de seigle malté et d’orge malté. On dit même que le Lot 40 aurait fait partie des ingrédients…

Comme le disait si bien le roi du Wessex et de tous les Anglo-Saxons, Alfred le Grand (848-899):

Si on te lave le dos, frotte-toi le ventre…

Belles grandes jambes langoureuses sur une toile de fond d’ambre généreux.

Nez:
Explosion de rye mentholé au départ. On poursuit avec un faible mais équilibré caramel, avec chêne, érable et pommes rouges. On fait volte-face ensuite sur un raz-de-marée de seigle.

Bouche:
Très crémeux au niveau de sa texture. Épices du rye, poivre blanc, pommes et chêne grillé. Vanille et clou de girofle. Tout-à-fait impressionnant.

Finale:
Relativement longue et bien poivrée de vanille, de bois et de pommes.

Équilibre:
Une grande réussite de Wiser’s, et un beau « statement » de qualité pour le whisky canadien. On espère que ce n’est pas un accident, car il vient se hisser tout près des meilleurs whiskys artisanaux. Profitez-en si vous en voyez, car il est maintenant remplacé par la gamme actuelle des Wisers, qui n’est pas piquée des vers non plus!

Note:

#425 • J.P. Wiser’s Deluxe

J.P. Wiser’s Deluxe

40% alc./vol.
Hiram Walker & Sons Limited, Windsor, Ontario, Canada

Le plus grand des whiskys canadiens du mercredi soir, disponible pour des pinottes en SAQ, je ne vous mens pas, ça doit faire 4 bouteilles que j’achète en 2 mois, voici le J.P. Wiser’s Deluxe.

Établi depuis 1857, J.P. Wiser’s est le plus vieux whisky canadien produit en continu. C’est un whisky canadien avec un rapport qualité/prix assez imbattable. Beaucoup de gens vont lever le nez devant lors de leur magasinage, mais ce serait une erreur.

Bon, c’est certain qu’ils m’ont payé une belle visite de la distillerie l’automne dernier, mais je ne suis pas le seul à encenser cette distillerie, juste à lire la revue de l’année 2017 de mes acolytes chez Québec Whisky. C’est la définitivement meilleure distillerie commerciale canadienne. À date. Dur à croire que ça m’a pris autant de temps avant de critiquer leur expression de base…

Comme le disait si bien mon éternel pote le cardinal Léger (1904-1991) à sa servante:

Mieux vaut ne rien savoir que beaucoup savoir à moitié!

Orange pâle et doré, tournesol avec jambes qui prennent leur temps.

Nez:
Vanille, banane et érable. Grains de céréales assez proéminents. Quelques herbes et épices, mais rien ne crée de grandes attentes.

Bouche:
Fruits des champs, vanille avec très peu de bois et d’épices. Bonnes doses de caramel et de pouding chômeur. Très léger et sucré.

Finale:
On continue sur une courte vague de chêne et d’épices. Une petite amertume vient nous agresser vers la fin.

Équilibre:
Pas mauvais du tout, le plus grand des canadian whiskys de semaine.

Note:

#294 • J.P. Wiser’s Small Batch

Wiser's Small Batch

43.4% alc./vol.
Hiram Walker & Sons Limited, Windsor, Ontario, Canada

Ça faisait un bail qu’on ne s’était pas tapé un bon vieux Canadian Whisky abordable qui se trouve aisément en SAQ. Voici donc le Wiser’s Small Batch.

Depuis son établissement en 1857, J.P. Wiser est le plus vieux whisky canadien produit en continu. La marque appartient depuis 1935 à Hiram Walker & Sons Limited, et est devenue aujourd’hui la plus vendue au Canada, du moins en volume.

Plusieurs whiskys reconnus sont produits sous la bannière Wiser’s, dont celui d’aujourd’hui, le Small Batch. Ce dernier a été lancé en 2011 pour remplacer le Wiser’s Reserve. Il a depuis remporté plusieurs prix, et ce à chaque année.

Comme le disait si bien le physicien américain, lauréat du prix Nobel de physique de 1946, Percy Williams Bridgman (1882-1961):

Un petit chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres.

Un autre canadien au cuivre très roux et profond.

Nez:
Un nez typiquement canadien, avec vanille, seigle, butterscotch, crème brûlée, mais avec un petit raffinement de plus. Chêne, cannelle et zeste d’orange avec une goutte de fruits des champs ne sont pas sans rappeler certains fûts de xérès.

Bouche:
Assez velouté, avec une bonne présence et texture en bouche. Encore une fois fortement canadien sur des notes de vanille, de fleurs, de fruits et de seigle. Caramel crémeux, menthe poivrée ainsi qu’une infime poussière de pierre.

Finale:
C’est en finale que toutes les propriétés du tonneau se révèlent pleinement. Sèche sur des accents d’amande, de pruneaux et d’épices pour ne laisser que des vapeurs de vanille qui perdurent.

Équilibre:
Pour le prix et la disponibilité, c’est un embouteillage à ne pas rater. Peut-être bien qu’il n’est pas le plus grand des Canadian Whiskies, mais ça torche quand meme un Crown Royal ou un Canadian Club Premium.

Note: