#380 • Talisker Port Ruighe

Talisker Port Ruighe

45.8% alc./vol.
Distillerie Talisker, Carbost, Île de Skye, Écosse

On déguste cet après-midi une nouvelle addition à l’éventail standard de la distillerie l’île de Skye, le Talisker Port Ruighe.

Prononcé « Port Ree« , ce Talisker de 2013 a été affiné en fûts de porto ruby, arrondissant ses saveurs et décuplant ses notes de fruits sucrés. Il suit peut-être bien la parade des « no-age statement« , mais il reste au moins fidèle au noble degré d’alcool de la distillerie, 45.8%.

Comme le disait si bien le journaliste et correspondant de guerre américain William Lawrence Shirer (1904-1993):

S’il existait un enfer pour les amoureux et les buveurs, le paradis serait désert.

Cuivré et roux, ce Talisker semble vouloir nous donner un indice sur la provenance de ses fûts.

Nez:
Peu de fumée, pour mieux mettre à l’avant-plan un malt agréablement vineux. Chocolat noir, gros sel et orge.

Bouche:
Belle texture sur miel, shiraz et une sorte de cheddar vieilli. Caramel et céréales sont plus timides mais tout de même présents. Raisins juteux.

Finale:
Encore très axée sur le porto et le vin rouge, mais en apportant avec elle cette fois-ci un peu d’herbe et de ti-biscuits thé social.

Équilibre:
Assez réussi comme whisky en général, mais si on le compare à d’autres port wine cask finshes, notamment Arran et Glenmorangie, il lui reste quelques petites croûtes à manger. Bien accordé avec un cheddar extra-vieux. On aime ou on aime pas.

Note:

#321 • Talisker Distiller’s Edition 2000

Talisker Distillers Edition

45.8% alc./vol.
Distillerie Talisker, Carbost, Île de Skye, Écosse

Merci à Pierre-Luc de m’avoir laisser échantillonner cette édition spéciale d’un malt de la distillerie de l’île de Skye, le Talisker Distiller’s Edition 2000. On parle ici d’un millésime, et non pas d’une tentative futile de donner un nom futuriste à un produit.

Comme toutes les autres versions « Distiller’s Edition » des Classic Malts of Scotland, ce Talisker jouit d’une finition en fût spécial, en l’occurence des fûts de xérès amoroso, plus doux que l’oloroso. Il titre, comme tous les Talisker, à 45.8% d’alcool.

Comme le disait si bien le guitariste, auteur-compositeur et chanteur américain James Marshall Hendrix, né Johnny Allen Hendrix et mieux connu sous le nom de Jimi Hendrix (1942-1970):

On s’aperçoit qu’on est devenu un spécialiste quand les choses dont on parle avec plaisir ennuient les autres.

Belle teinte franche, entre orange électrique et punch aux fruits.

Nez:
Tourbe à l’orange, caramel et fruits séchés. Infime fumée suivie d’une poignée de caractéristiques propres au fût de xérès: épices, raisins, dattes et feuilles séchées. Le sherry étouffe presque la boucane. Trail mix.

Bouche:
Très fruité, un peu astringent. Le caramel revient vite, avec de belles épices, une influence très marquée du bois, peut-être même trop car encore ici on a tendance à perdre la tourbe au profit du xérès.

Finale:
Étonnamment sûrette. Notes d’épices et de caramel brûlé un peu poivré. Un brin d’amertume pas du tout désagréable.

Équilibre:
Un très bon dram, mais c’est plus que tragique que le caractère classique de Talisker soit relégué au second plan derrière un sherry qui cherche trop le spotlight.

Note: