#280 • Nikka 17 ans Taketsuru Pure Malt

Nikka Taketsuru 17

43% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō,
et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Je saute un peu du coq à l’âne ces temps-ci avec aujourd’hui un embouteillage que j’ai goûté en octobre dernier au WhiskyLive Toronto, un vénérable blend de la distillerie nippone Nikka, le Taketsuru Pure Malt 17 ans.

Comme les autres de la même série, cette expression a été nommée ainsi en l’honneur du pèlerin Masataka Taketsuru, fondateur de la distillerie. Il fonda Nikka en 1934 aidé de sa femme écossaise Rita. Après leur mort, leur fils adoptif Takeshi continua à faire prospérer l’entreprise familiale. L’ensemble appartient aujourd’hui au groupe brassicole Asahi, et Takeshi Taketsuru est resté à bord à titre de consultant jusqu’à son décès en décembre 2014, à l’âge de 90 ans.

Bien qu’il n’est plus coutume de nos jours d’utiliser cette appellation, du moins en Écosse, l’étiquette arbore la mention pure malt, ce qui signifie que ce blend est assemblé uniquement à partir de différents single malts, comme l’ancien terme écossais vatted malt. Les malts utilisés proviendraient des distilleries de Yoichi et de Miyagikyo.

Comme le disait si bien le peintre et sculpteur japonais Tarō Okamoto (1911-1996):

Les vieillards et les comètes ont été vénérés pour la même raison : leurs longues barbes et leurs prétentions à prédire les événements.

Chers lecteurs je vous dois des excuses car il est facile lors d’un whisky show de se ramasser rapidement en mode « cocktail-jet-set », ce qui a malheureusement tendance à écourter les critiques…

Beau roux mais moins foncé que ce à quoi je m’attends d’un sherry cask semblable.

Nez:
Xérès assez timide, fruits rouges, raisins, dattes, bois, mais juste pas assez.

Bouche:
Beau miel astringent, épices, chêne, vin de xérès juteux, retour des épices, raisins secs dorés.

Finale:
Belles épices chaudes du xérès, feuille de tabac à pipe aromatisé à la cerise noire.

Équilibre:
Un bon blend sherry cask, mais qui a peur on dirait de s’affirmer pleinement.

Note:

#191 • Nikka Yoichi 10 ans

Nikka Yoichi

45% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Le chant du cygne de Nikka lors de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec ne pouvait être que le single malt le plus populaire de la distillerie, encensée de bien des critiques, le Nikka Yoichi 10 ans.

Ce malt très affirmé provient de l’âme de Nikka, sa première distillerie, Yoichi. Située sur l’île septentrionale d’Hokkaidō, Yoichi est le berceau de tout ce que représente Nikka, autant dans ses façons de faire traditionnelles que dans son produit qui n’a rien à envier aux grandes distilleries du Royaume-Uni, et qui ne cesse d’épater le reste du globe.

Comme disait si bien le designer japonais de jeux vidéo et père spirituel de Mario, Shigeru Miyamoto :

La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant.

Coloris orange ambré absolu. Selon la palette Sico, je dirais à mi-chemin entre Floraison de Beijing et Soleil du Désert.

Nez:
Son orge parfumée rappelle le Speyside. Un complexe assemblage s’offre ici à nos narines. Bonne base de vanille et de terre humide. Herbe et céréale à peine sucrée. Pin, voire même le crayon de bois fraîchement aiguisé, sans oublier la fleur que notre inconscient appellerait sakura, vu la provenance de cette expression.

Bouche:
La canne à sucre, le caramel, la vanille, l’herbe, le bois et les épices sont orchestrés solidement par une pointe de fumée.

Finale:
Les épices astringentes du sherry font leur entrée en scène enveloppées de fumée de bois. Belle construction.

Équilibre:
Presqu’un Yamazaki. Structure et complexité à se tirer dans les murs pour un japonais.

Note:

#190 • Nikka Miyagikyo 15 ans

Nikka Miyagikyo

45% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

En guise d’avant-dernier malt de Nikka lors de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, de la scinde distillerie de la compagnie, voici le Nikka Miyagikyo 15 ans.

Masataka Taketsuru a érigé la distillerie Miyagikyo en 1969, près de la ville de Sendai, en raison de ses niveaux élevés d’humidité, se rapprochant de ceux retrouvés en Écosse. La distillerie est plus vaste que sa grande soeur Yoichi, mais pourtant moins connue. On y produit un malt où la tourbe y est pratiquement inexistante.

Comme l’a si bien dit plusieurs fois mon meilleur pote Sir Leonard Spencer Winston Churchill (1874-1965) :

Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

Un beau roux cuivré en dit long encore une fois sur sa génétique de xérès.

Nez:
Un léger décapant du type Pledge se dissimule derrière un rideau de cassonade, de pruneaux et d’orange sanguine, sans oublier un juteux toffee anglais.

Bouche:
La douceur du toffee et de la muscade n’est éclipsée que par une grappe de fruits rouges gorgés de sherry.

Finale:
Impossible de quitter le fût de sherry, le tabac à pipe nous ramène prestement à l’ordre.

Équilibre:
Rien à redire, un autre étonnant exemple du savoir-faire japonais en matière de whisky.

Note:

#189 • Nikka White Pure Malt

Nikka White

43% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Pour fermer la boucle des vatted malts de Nikka lors de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, nous avons ouvert le Nikka White Pure Malt.

En 1969, une seconde distillerie de Nikka, Miyagikyo, voit le jour à Sendai en Honshū. On lui doit des malts plus doux et sucrés que ceux de sa grande soeur Yoichi. Alors pourquoi ne pas faire de succulents blends avec tout ca?

Conclusion d’un trio de vatted malts appelé par ses couleurs, le Nikka White est issu de différents lots de single malts de Nikka, le Miyagikyo et le Yoichi. Son côté plus raide et tourbé nous autorise à spéculer qu’il est composé en grande partie de Yoichi.

Comme l’a si bien dit à quelques reprises l’écrivain américain Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) :

Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.

Couleur de la pureté de l’or inca.

Nez:
Bien que les descripteurs suivants peuvent paraître saugrenus, gardez en tête que c’est un méchant bon whisky. On commence sur de la gomme au savon cachée derrière un mur de tourbe, et on boucle le tout avec des céréales sucrées et leur boîte de carton mouillée.

Bouche:
Tourbe vanillée. Herbe et épices. Agrumes bien campés sur une douce fumée.

Finale:
Pneu brûlé sur nectarine et pêche parmi un torrent d’épices.

Équilibre:
Le plus tourbé et orangé des vatted malts de Nikka. Cette combinaison gagnante n’est pas sans rappeler les expressions cosmiques d’Ardbeg, notamment le Galileo.

Note:

#188 • Nikka Black Pure Malt

Nikka Black

43% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Comme troisième expression de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, nous avons poursuivi la danse avec le Nikka Black Pure Malt.

En 1934, le chimiste et Master Blender Masataka Taketsuru, fort d’une première expérience chez Yamazaki, fonda la distillerie Nikka. Il choisit de s’installer sur l’île d’Hokkaidō, plus particulièrement à Yoichi, un emplacement qui selon Taketsuru est parfait pour la maturation du whisky. La conclusion de l’histoire s’en vient dans la prochaine critique. À suivre…

Bien campé au centre de ce trio de vatted malts colorés, le Nikka Black est fait à partir d’un savant équilibre de single malts de Nikka, le Miyagikyo et le Yoichi. Son côté complexe à deux faces nous donne un bon indice sur le dosage presque égal des deux malts.

Alors comme le disait si bien le physicien et lauréat d’un prix Nobel, l’illustre Albert Einstein (1879-1955) :

Dans les ténèbres, l’imagination travaille plus activement qu’en pleine lumière.

Couleur de la pureté de l’or aztèque.

Nez:
S’ouvre sur vanille et fleurs, avec une douce tourbe mielleuse poivrée de gouttes de toffee. Gros cocktail de fruits.

Bouche:
L’arrivée est agréablement riche et somptueuse avec fruits rouges, raisins juteux et orange épicée.

Finale:
On se laisse sur le chêne grillé et la vanille, le tout dominé par les fruits.

Équilibre:
Plus balancé que je ne l’anticipais. Un beau gros caractère de sherry en pleine face.

Note:

#187 • Nikka Red Pure Malt

Nikka Red

43% alc./vol.
Distillerie Nikka, Yoichi, Hokkaidō et Aoba-ku, Sendai, Préfecture Miyagi, Japon

Comme seconde expression de la soirée japonaise du 25 février dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, nous avions le Nikka Red Pure Malt.

En 1918, le fondateur de Nikka, Masataka Taketsuru, entreprit un long voyage en Écosse, et après avoir gradué à l’université de Glasgow devint le premier japonais à maîtriser l’art de la fabrication du whisky… La suite de l’histoire dans mon prochain article… Après tout, il faut se garder de la margarine pour une prochaine fois.

Un de trois vatted malts d’une sérié nommée par des couleurs, le Nikka Red est assemblé à partir de différentes quantités de single malts de Nikka, le Miyagikyo et le Yoichi. Son caractère plus doux et fruité nous permet de présumer que la concentration de Miyagikyo y est plus forte.

Mais comme le disait si bien l’auteur américain et fondateur de la Scientologie, Lafayette Ronald Hubbard (1911-1986) :

Ne soyez jamais trop impatient devant un feu rouge. Songez que, lui, il a eu la patience de vous attendre toute la journée.

Couleur de la pureté de l’or maya.

Nez:
Un mélange de caramel très floral et de canne de Noël allié à une pointe d’alcool sucré m’évoque un Glen Garioch. Je me serais laissé avoir dans une dégustation à l’aveugle.

Bouche:
Une belle présence, quoiqu’un peu chaotique, de caramel salé, de glaçage et de fleurs. Butterscotch, orange et vanille ne sont pas loin derrière.

Finale:
On jurerait un grain des Highlands soufflé par une légère tourbe pour finir sur une amère vanille fumée.

Équilibre:
Un assemblage fruité et sucré très facile d’approche pour les non-initiés aux whiskys japonais.

Note: