#022 • Macallan Whisky Maker’s Edition

Macallan Whisky Maker's Edition

42.8% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Ah! Le scotch-mystère de la soirée nous est enfin dévoilé, et il s’agit du rarissime Macallan Whisky Maker’s Edition!

Tant qu’à se la jouer Scooby-Doo, je vous dois de m’auto-démasquer et de vous avouer que la photo ci-haut vient du plus profond de la toile (modifiée à souhait auparavant) car je n’ai malheureusement pas eu le temps d’en prendre une moi-même. Mais c’est la seule! Je vous le jure!

Ce qui rend ce scotch si spécial, c’est qu’il est fait d’orge récoltée à même le terrain de la distillerie, et qu’il a été assemblé par un des maîtres derrière Macallan, Bob Dalgarno, et embouteillé à son taux favori de 42.8%.

Nez:
Chocolat, cerise… Chocolat, cerise… CHERRY BLOSSOM! Suivi d’une petite vague de gingembre. Ou peut-être même un café latte quand on y saupoudre de la cannelle…

Bouche:
Je ne suis pas très original, une marque de constance dans un whisky, c’est quand on y retrouve en bouche pas mal ce qu’on y a trouvé au départ en l’humant. C’est le cas ici, avec un petit punch épicé en prime. Et un soupçon de cèdre.

Finale:
Je l’aurais aimé plus longue, mais au moins elle est franche et sucrée.

Équilibre:
En tout et partout, c’est un scotch vraiment rempli de plaisir, bonifié par son histoire particulière. Certains vont dire que ce n’est qu’un conte de fées pour mousser les ventes, à ceux-là je vais répondre comme j’ai entendu proférer si souvent Shigeru Miyamoto du temps où il se tenait loin des idées saugrenues telles la WiiU:

Laissons péter le renard.

Après la pause publicitaire, le Macallan Fine Oak 10 ans…

Note:

#021 • Macallan Gold

Macallan Gold

40% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Premier scotch de la dégustation du 21 février, l’entrée de gamme de leur nouvelle ligne, le Macallan Gold. L’ambassadeur canadien de Macallan, Marc Laverdière, nous l’a présenté comme étant un scotch un peu plus estival. Je croyais qu’iI avait été vieilli dans des ex-fûts de bourbon en chêne blanc américain, mais M. Laverdière m’a aimablement rappelé à l’ordre et je vais le citer ici:

[…]La nouvelle gamme 1824 est vieillie exclusivement dans des anciens fûts de Sherry, et aucun ex-fûts de Bourbon.

Comme le disait John Bois (1560 – 1643) dans sa traduction de la Bible: « Bois par ci, bois par là, ce qui compte c’est le whisky que tu boiras! »

J’avoue après y avoir goûté que je ne peux m’empêcher de me remémorer cette célèbre phrase d’Alexander Mackenzie:

J’ai hâte en simonaque de boire ça sur un balcon Limoulois cet été…

Nez:
Sa couleur de paille foncée fait sortir mes préjugés et me fait dire « check-moi donc le whisky d’apéro ». En le sentant j’y décèle petits fruits, vanille, miel couronné d’une infime touche de chocolat noir.

Bouche:
Très doux et ample dès l’arrivée sur la langue. Les baies et la vanille sont toujours là, mais ouvrant la voie à des notes d’orange et de boisé subtilement crémeuses.

Finale:
S’estompe rapidement après une goutte de brûlure d’alcool sur des souvenirs de malt et de bois.

Équilibre:
Bien que je trouve que la nouvelle gamme basée sur la couleur soit une bonne chose, à ceux qui me demanderont s’ils doivent se garrocher sur le Fine Oak qui reste, et bien je dis oui, ne serait-ce pour la rareté éventuelle du produit.

Au final, le Macallan Gold est une belle expression sans prétention avec selon moi un solide rapport qualité-prix. Alors on se revoit bientôt pour voir si Macallan Fine Oak 10 ans vaut bien de l’or…

Note: