#359 • The Macallan Rare Cask

Macallan Rare Cask

43% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Je veux ici faire taire les « haters » de la carte SAQ Inspire. Peut importe le côtés qui peuvent être perçus comme « mauvais », si on magasine intelligemment, en pas tout-à-fait 1 an on peut s’offrir gratis une belle bouteille comme ce précieux mais trop cher scotch de la distillerie fétiche de l’agent 007, The Macallan Rare Cask.

Pour rester conséquents dans la mode des No Age Statement (NAS) dont ils sont les maladroits pionniers, Macallan nous a introduit à la fin 2015 a son dernier opus. Par contre on dit que c’est un assemblage de non moins de 16 types de fûts différents, et qu’au total moins de 1% des fûts en maturation chez Macallan sont dignes d’en faire partie. Fort à parier que plusieurs de ces fûts ne seront jamais réutilisés dans une autre expression de la distillerie, d’où le nom et le prix.

Comme le disait si bien le scénariste et un producteur de télévision américain, créateur de Star Trek, Gene Roddenberry (1921-1991), de son vrai nom Eugene Wesley Roddenberry:

Il n’y a rien de plus rare que de ne donner aucune importance aux choses qui n’ont aucune importance.

Amber-Sienna, un sherry Macallan comme ceux auxquels ils nous ont habitués.

Nez:
Riche vent de raisins et de dattes, prunes, tabac, chêne, orange et chocolat noir. Exquis.

Bouche:
Rond et sirupeux, ample et bien nanti. Encore raisins secs, cuir, pruneaux, orange et chêne. Cerises, gingembre et gâteaux aux fruits.

Finale:
Je pourrais faire un copier-coller de la finale américaine. En parlant de ça, finale douce et épicée à la fois. Pointe de feuille de tabac. Impression restante de beurre et de gingembre.

Équilibre:
Pour tous les amateurs de vieux vieux scotchs du Speyside mûris en fûts de xérès. Si vous êtes prêts à claquer 400 douilles.

Note:

#167 • Macallan 12 ans (CAN)

Macallan 12 (CAN)

40% alc./vol.
Distillerie Macallan, Craigellachie, Speyside, Écosse

Merci à Pierre-Luc pour m’avoir fait goûter à cette bouteille de Macallan 12 ans qu’il a curieusement trouvée dans un lave-vaisselle.

Étant donné le penchant très affirmé de Macallan sur la maturation exclusive en futailles de sherry, l’expression d’aujourd’hui est vieillie pendant 12 ans exclusivement dans des fûts de xérès oloroso.

C’est une belle occasion pour faire cette critique, car je tenais à essayer cette version du Macallan 12, ayant fait un article sur la version américaine l’automne dernier. En effet je me dois de faire deux critiques puisque la version américaine titre à 43% d’alcool, alors que le reste de la planète ont un embouteillage à 40% seulement. Pourquoi? Je ne sais pas mais ça montre encore une fois que nos voisins du sud ne peuvent jamais se contenter de faire comme les autres.

Comme le disait si bien le commandant des armées du nord durant la guerre de Sécession et 18e président des États-Unis, le général Ulysses S. Grant (1822-1885) :

Un conseil a plus de valeur quand il est demandé que quand il est offert.

Belle teinte de henné roux ou bien d’ambre diablement riche.

Nez:
Un tonneau de sherry dans les dents. On découvre un nez de bois de chêne et de vanille crémeuse, entrelacé avec des notes d’agrumes et de pruneaux.

Bouche:
Cerises, caramel onctueux suivi de vanille et de fruits des champs.

Finale:
Je pourrais faire un copier-coller de la finale américaine. En parlant de ça, finale douce et épicée à la fois. Pointe de feuille de tabac. Impression restante de beurre et de gingembre.

Équilibre:
Une belle bombe de sherry de semaine. Comme son frère américain, mais il est beaucoup trop dispendieux ici pour ce que c’est, en plus avec une coupe de 3% d’alcool, ça ne vaut vraiment pas le coup.

Note: