#430 • SMWS 29.140 Laphroaig 18 ans

SMWS 29.140 Laphroaig 18 ans

60.2% alc./vol.
Distillerie Laphroaig, Port Ellen, Islay, Écosse

« Juicy, Salty and Sooty ».

Un autre pilier de la SMWS est mis de l’avant ici avec ce trop facile à boire embouteillage d’un Laphroaig de 18 ans d’âge, portant le sobriquet « Juteux, Salé et plein de Suie »

Il a été distillé le 4 avril 1995 et vieilli en ex-fûts de bourbon, pour un rendu de 189 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous désirez immédiatement passer à la consommation de la critique de cette bouteille, veuillez sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme le disait si bien la patineuse artistique canadienne, médaillée d’argent aux Jeux olympiques d’hiver de Calgary en 1988, Elizabeth Manley (1965-):

“Nos mentors sont les oranges dont nous sommes le jus.”

Pâleur de tourbe et de fût de bourbon.

Nez:
Les accents plus crasseux de cette tourbe sont gênés mais tout de même présents. Ils cèdent cependant la place à un côté médicinal plus typique à Laphroaig. Sel marin, agrumes et malt grillé. Cendré.

Bouche:
Doux et sucré, il laisse transparaître une belle tourbe citronnée et iodée. Les épices du cask strength nous poussent à accélérer notre analyse avant qu’elles ne nous noient.

Finale:
Toujours la tourbe qui nous accompagne à travers citron, poivre, miel et vanille. La complexité de l’orge revient efficacement en rétro-olfaction.

Équilibre:
Un nez sublime, une bouche intensément enflammée avec une finale qui sait doucement nous ramener sur terre, ce whisky fort en émotions aurait-il été autant à la hauteur avec un taux d’alcool plus docile? Peut-être, mais ce n’est pas de cette façon qu’on aime jouer à la SMWS.

Note:

#398 • SMWS 29.151 Laphroaig 24 ans

SMWS 29.151 Laphroaig 24 ans

50.8% alc./vol.
Distillerie Laphroiag, Port Ellen, Islay, Écosse

« Polished violins and vintage cars »

Encore une fois mes potes de chez Québec Whisky ont réussi à scorer une belle bouteille de la SMWS, un phénoménal Laphroaig 24 ans!

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous préférez passer directement à l’évaluation de cet embouteillage, vous pouvez sauter les deux prochains paragraphes encore une fois sans problème.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Ce Laphroaig de 24 ans a été distillé le 9 novembre 1989 et vieilli en ex-fûts de xérès, pour un rendu final de 311 bouteilles.

Comme le disait si bien l’historien canadien et lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick George Francis Gillman Stanley (1907-2002):

Quand il y a trop de poil, je ne vois pubien…

Brun-doré tiré de la planche de bois trempée dans le xérès.

Nez:
On doit prendre son temps ici car une belle complexité s’ouvre à nous. Tourbe salée et dattes, chêne et cuir. On pense un peu à Bowmore. On perçoit une texture huileuse qui donne l’eau à la bouche.

Bouche:
Texture riche tel qu’attendu, arrivé en bouche raffinée, notes de fruits séchés, de tabac à pipe, de raisins juteux et d’épices mielleuses. Le tout est bien enrobé par une tourbe bien dosée.

Finale:
Solide mais tout de même adoucie par son âge. Raisins, dattes, cuir, tabac et tourbe.

Équilibre:
Un Laphroaig réussi, alors que bien des gens n’auraient pas parié sur un fût d’une telle audace.

Note: