#453 • SMWS 29.165 Laphroaig 20 ans

SMWS 29.165 Laphroaig 29 ans

57.4% alc./vol.
Distillerie Laphroaig, Port Ellen, Islay, Écosse

« Cigar-smoking, perfumed nurse ».

Un autre embouteillage de la SMWS nous est présenté ici avec cet excellent Laphroaig de 20 ans d’âge, portant la mention « Une infirmière parfumée qui fume le cigare »…

Il a été distillé le 4 avril 1995 et vieilli en ex-fûts de bourbon, pour un rendu de 214 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous désirez immédiatement passer à la consommation de la critique de cette bouteille, veuillez sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme le disait si bien l’homme politique américain William Shippen, sr (1712-1801):

Certes, l’argent n’achète pas la santé, mais vous pouvez au moins vous offrir de jolies infirmières pour la faire revenir.

Le chardonnay des fûts de bourbon.

Nez:
Tourbe fruitée, agrumes et vanille, citron, herbe et terre humide. Pansements et cendre. Saisissant.

Bouche:
Tourbe, sel et citron. Chêne et épices chaudes. Des agrumes continuent le party avec vanille, fumée et retour du sel.

Finale:
Curieusement douce pour un peated à ce degré d’alcool. La tourbe se fait un peu moins voir pour laisser place au sel et au citron.

Équilibre:
Un dram tout en beauté, un Laphroaig qu’on pourrait même qualifier d’épique. Je vais ramener Patrick à l’ordre et mettre cet embouteillage dans la catégorie « Rhapsody », parce que, pour bien des raisons que nous n’énumèrerons pas ici, S&M est malheureusement un exemple maladroit de métal symphonique.

Note:

#430 • SMWS 29.140 Laphroaig 18 ans

SMWS 29.140 Laphroaig 18 ans

60.2% alc./vol.
Distillerie Laphroaig, Port Ellen, Islay, Écosse

« Juicy, Salty and Sooty ».

Un autre pilier de la SMWS est mis de l’avant ici avec ce trop facile à boire embouteillage d’un Laphroaig de 18 ans d’âge, portant le sobriquet « Juteux, Salé et plein de Suie »

Il a été distillé le 4 avril 1995 et vieilli en ex-fûts de bourbon, pour un rendu de 189 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous désirez immédiatement passer à la consommation de la critique de cette bouteille, veuillez sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme le disait si bien la patineuse artistique canadienne, médaillée d’argent aux Jeux olympiques d’hiver de Calgary en 1988, Elizabeth Manley (1965-):

“Nos mentors sont les oranges dont nous sommes le jus.”

Pâleur de tourbe et de fût de bourbon.

Nez:
Les accents plus crasseux de cette tourbe sont gênés mais tout de même présents. Ils cèdent cependant la place à un côté médicinal plus typique à Laphroaig. Sel marin, agrumes et malt grillé. Cendré.

Bouche:
Doux et sucré, il laisse transparaître une belle tourbe citronnée et iodée. Les épices du cask strength nous poussent à accélérer notre analyse avant qu’elles ne nous noient.

Finale:
Toujours la tourbe qui nous accompagne à travers citron, poivre, miel et vanille. La complexité de l’orge revient efficacement en rétro-olfaction.

Équilibre:
Un nez sublime, une bouche intensément enflammée avec une finale qui sait doucement nous ramener sur terre, ce whisky fort en émotions aurait-il été autant à la hauteur avec un taux d’alcool plus docile? Peut-être, mais ce n’est pas de cette façon qu’on aime jouer à la SMWS.

Note:

#398 • SMWS 29.151 Laphroaig 24 ans

SMWS 29.151 Laphroaig 24 ans

50.8% alc./vol.
Distillerie Laphroiag, Port Ellen, Islay, Écosse

« Polished violins and vintage cars »

Encore une fois mes potes de chez Québec Whisky ont réussi à scorer une belle bouteille de la SMWS, un phénoménal Laphroaig 24 ans!

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous préférez passer directement à l’évaluation de cet embouteillage, vous pouvez sauter les deux prochains paragraphes encore une fois sans problème.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Ce Laphroaig de 24 ans a été distillé le 9 novembre 1989 et vieilli en ex-fûts de xérès, pour un rendu final de 311 bouteilles.

Comme le disait si bien l’historien canadien et lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick George Francis Gillman Stanley (1907-2002):

Quand il y a trop de poil, je ne vois pubien…

Brun-doré tiré de la planche de bois trempée dans le xérès.

Nez:
On doit prendre son temps ici car une belle complexité s’ouvre à nous. Tourbe salée et dattes, chêne et cuir. On pense un peu à Bowmore. On perçoit une texture huileuse qui donne l’eau à la bouche.

Bouche:
Texture riche tel qu’attendu, arrivé en bouche raffinée, notes de fruits séchés, de tabac à pipe, de raisins juteux et d’épices mielleuses. Le tout est bien enrobé par une tourbe bien dosée.

Finale:
Solide mais tout de même adoucie par son âge. Raisins, dattes, cuir, tabac et tourbe.

Équilibre:
Un Laphroaig réussi, alors que bien des gens n’auraient pas parié sur un fût d’une telle audace.

Note:

#391 • SMWS 29.144 Laphroaig 22 ans

SMWS 29.144 Laphroaig 22 ans

51.2% alc./vol.
Distillerie Laphroiag, Port Ellen, Islay, Écosse

« You Gotta Love This One »

Un beau clin d’oeil à nos comparses de chez Québec Whisky pour avoir mis la main sur encore un autre embouteillage de la SMWS, un fabuleux Laphroaig de 22 ans!

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous préférez passer directement à l’évaluation de cet embouteillage, vous pouvez sauter les deux prochains paragraphes que je resasse sans cesse dans ce type d’article.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Ce Laphroaig 22 ans a été distillé le 12 octobre 1990 et a donné un lot de 275 bouteilles.

Comme le disait si bien l’écrivain et journaliste anglais Eric Arthur Blair, mieux connu sous son nom de plume George Orwell (1903-1950):

Si quelque chose ressemble à de la merde, sent comme de la merde et a le goût de la merde. Tu n’aurais jamais du le goûter !

Pâle et légèrement trouble pour un Laphroaig.

Nez:
Oooh, peated bourbon cask, quand tu nous tiens… Tourbe médicinale, mais huileuse aussi. Feu de camp, bord de mer, bois de chêne encore humide et gorgé de bourbon qu’on fait fumer. Un caractère hyper complexe armé d’une grande douceur conférée par son âge.

Bouche:
Texture peu grasse mais quand même bien affirmée. Tourbe, fruits rouges, pierre, cuir et bois. Nuancé à souhait.

Finale:
Longue et soyeuse, avec une belle chaleur pas trop épicée qui nous laisse amplement le temps d’apprécier les différentes facettes de cet embouteillage.

Équilibre:
Un superbe voyage, un whisky avec lequel on doit prendre tout son temps, et on le fait volontiers.

Note:

#361 • Laphroaig Càirdeas 2014

Laphroaig Cairdeas 2014

51.4% alc./vol.
Distillerie Laphroiag, Port Ellen, Islay, Écosse

Un bon vieux Laphroaig au menu aujourd’hui, une bouteille que j’ai dénichée il y a presque deux ans au New Brunswick Spirits Festival de Fredericton, l’édition 2014 de leur bottling annuel Càirdeas.

Càirdeas, qui vient du gaélique « amitié », désigne une gamme d’expressions de Laphroaig mise en marché, du moins au début, particulièrement pour les membres des Friends of Laphroiag, leur fan club si je peux m’exprimer ainsi.

De plus en plus ces embouteillages sont disponibles pour le grand public.

Comme le disait si bien le grand philosophe grec Aristote (384-322 av.J.-C.):

La plus grande injustice est de traiter également les choses inégales.

Jaune doré comme la couleur de son tube, ce dernier étant inhabituel pour la distillerie.

Nez:
Fortement marqué par la tourbe et la cendre. Chêne fumé, brin de scie et une céréale assez mielleuse complémentent superbement son caractère musclé.

Bouche:
Tourbe, évidemment, suivie de belles épices, de miel, de cantaloup et de vanille. Poivre citronné. Un soupçon de raisin et d’iode nous mène vers la finale.

Finale:
Le poivre et le zeste de citron nous laissent longuement sur une latte de chêne ultra-sèche, tout en baignant dans la tourbe médicinale signature de Laphroaig.

Équilibre:
Malgré les choix insolites, quoique réussis, des fûts de cette édition, le malt inimitable de Laphroaig ne laisse personne indifférent.

Note:

#307 • Laphroaig QA Cask

Laphroaig QA Cask

40% alc./vol.
Distillerie Laphroaig, Port Ellen, Islay, Écosse

On achève tranquillement ma série duty-free de l’an dernier avec un puissant Laphroaig, le QA Cask.

Le QA Cask est une expression spéciale de la distillerie, vieillie en fût de bourbon au départ, puis transférée ensuite en fûts de chêne blanc américain neufs et fraîchement carbonisés. Ce type de chêne est aussi appelé en latin quercus alba, d’ou le nom de ce whisky.

Selon les gens de Laphroaig, cette seconde maturation servirait à conférer à ce malt des notes de tourbe fumée avec des pointes chaudes de vanille et d’épices. Cette étape varie d’une batch à l’autre en longueur afin de permettre que chaque fût puisse être sélectionné à la main, ce qui paraît-il assure un équilibre précis des saveurs et des arômes.

Comme le disait si bien le célèbre hors-la-loi du Wild West américain William Henry McCarty, peut-être mieux connu sous son surnom Billy the Kid (1859-1881):

Une citation dans un discours, un article ou un livre est comme un fusil dans les mains d’un soldat. Cela parle avec autorité.

Sauvignon blanc, presque transparent.

Nez:
Tourbe médicinale sur belle vanille. Le goudron et l’asphalte nous emmènent par le pneu chauffé pour nous laisser sur une céréale citronnée. Pas de doute, c’est du Laphroaig.

Bouche:
Les sucres cèdent la place à une tourbe herbeuse. La texture et le poids en bouche demeurent toutefois trop légers et diaphanes. Tous les aspects de la distillerie sont là, mais avec un peu de coeur au ventre en moins.

Finale:
Longue, mais avec peu de personnalité. Comme si on voulait me dire que c’est un Laphroaig, mais qu’il ne fallait pas le crier sur tous les toits. Trop douce, malgré que médicinale à souhait.

Équilibre:
Un excellent scotch, mais un Laphroaig loupé, parti en couille.

Note: