#288 • Kilkerran Work in Progress III

46% alc./vol.
Distillerie Glengyle, Campbeltown, Campbeltown, Écosse

Voici la suite de mon dernier article sur la distillerie Glengyle, accompagné de la troisième mouture de leur single malt vedette, le Kilkerran Work in Progress III.

Ayant beaucoup parlé de la distillerie elle-même la dernière fois, nous allons cette fois-ci plutôt tourner notre attention sur leur produit phare, le single malt Kilkerran.

Pourquoi Kilkerran, et non pas le nom de la distillerie? Et bien malheureusement Glengyle est une marque déjà employée pour un blend des Highlands et les droits n’ont pu être acquis. Le nom vient aussi du gaélique Ceann Loch Cille Chiarain, qui est le nom original du hameau fondé par Saint Kiéran de Saighir qui est aujourd’hui la ville de Campbeltown.

Pourquoi « Work in Progress »? À chaque année depuis 2009, la distillerie met en marché une mouture pas tout à fait mature de son single malt distillé en 2004, afin que les fans épicuriens puissent témoigner de son évolution. En 2011 nous avons eu droit à l’embouteillage d’aujourd’hui, agé de 7 ans. Le projet se terminera selon la distillerie en 2016, quand leur produit phare sera un Kilkerran 12 ans dans toute sa splendeur.

Comme le disait si bien autrefois l’acteur britannique Sir Alec Guinness de Cuffe, mieux connu sous les traits d’Obi-Wan Kenobi (1914-2000):

Au terme de sa longue marche, le contemplatif pourra dire, en regardant le chemin parcouru : dès le premier regard, dès le premier pas, Dieu était là, et je ne le savais pas.

Or pâle une coche plus foncée et riche que le Work in Progress II.

Nez:
Bien qu’il saute tout de même au nez dès le départ, l’arôme de new make est moins envahissant que dans l’édition précédente de ce malt en évolution. Une pincée de poivre blanc dans une vague d’orge juteuses se laisse entrevoir. Vanille, citron et pommes viennent subtilement couronner l’ensemble.

Bouche:
Vanille avec un soupçon de mélasse. Un côté floral et épicé se présente, marié à une propriété minérale et maritime qui auparavant n’apparaissait qu’en finale. Un peu de pin, un peu de miel, avec sel et poivre comme assaisonnements.

Finale:
Poivrée, herbeuse et encore une fois ici minérale. On dirait qu’elle essaie d’émuler certaines caractéristiques des whiskies d’Islay. Un peu sèche et amère.

Équilibre:
On dénote la progression, mais on n’a pas encore atteint le but. Lâchez pas, ça va finir par être bon!

Note:

#287 • Kilkerran Work in Progress II

46% alc./vol.
Distillerie Glengyle, Campbeltown, Campbeltown, Écosse

Aujourd’hui nous allons passer en revue un whisky provenant de la distillerie fraîchement ressuscitée Glengyle, mon échantillon du Kilkerran Work in Progress II.

La distillerie Glengyle est une des seules en opération dans la région écossaise de Campbeltown, et à elle seule possède une histoire plutôt tumultueuse et unique. La distillerie a été fondée en 1872 par William Mitchell, fils d’Archibald Mitchell, fondateur de la voisine et encore active aujourd’hui Springbank. Mais comme la majorité des distilleries de l’époque, Glengyle a beaucoup souffert au tournant du 20e siècle, juste avant la Grande Dépression. Mitchell dût la vendre en 1924, et la totalité de ses stocks fut vendue aux enchères la même année.

Au courant des années des investisseurs ont essayé de réouvrir Glengyle à plusieurs reprises. Le climat économique de l’époque et quelques impondérables comme la Seconde Guerre Mondiale ont malheureusement rendu ce rêve impossible. Les bâtiments furent par contre toujours loués à d’autres compagnies et organismes, donc ils n’ont jamais été laissés à l’abandon.

Il aura fallu attendre le 21e siècle pour que Hedley Wright, PDG de J&A Mitchell and Co Ltd, aussi l’arrière-arrière-petit-neveu du fondateur original William Mitchell, débarque avec la ferme intention de relancer la distillerie. Les premiers barils furent remplis dès 2004 et nous avons droit depuis 2009 à une édition annuelle en maturation qu’on appelle « Work in Progress ».

Plus de renseignements dans mon prochain article!

Comme le disait si bien le journaliste, écrivain, philosophe, romancier, dramaturge, essayiste et novelliste français Albert Camus (1913-1960):

L’élève, comme la rivière, aimerait suivre son cours tout en restant dans son lit…

Une pâle paille de jeune blanc-bec.

Nez:
Très fruité, un peu fumé par la suite, mais la première « sniff » est indéniablement cernée par la mélasse du new-make. Un peu de vanille, un peu de pommes rouges, un peu de salade de fruits, par contre rien ne parvient à enterrer l’herbe et le distillat trop immature.

Bouche:
Beau poids sur la langue. Fleurs, fruits, rayon de miel, entourés de poivre rose et d’une légère tourbe volatile. Un zeste de citron minéral boucle le party.

Finale:
Quelques tannins agréablesrestent, avec une petite sensation minérale de roche salée au bord de la mer. Assez courte mais pardonnable vu son âge.

Équilibre:
Pas tout à fait à point. Un nom bien choisi, « Work in Progress » pourrait presque être son sobriquet s’il avait été un embouteillage de la SMWS.

Note: