#264 • Forty Creek Evolution 2014

Forty Creek Evolution

43% alc./vol.
Forty Creek Distillery, Grimsby, Ontario, Canada.

Je trouve le timing de cet article un peu maladroit, premièrement car je coupe ma série Highland Park en plein milieu, et deuxièmement parce que j’écris la première de mes critiques de la distillerie Forty Creek avec le plus épique à date de leurs éditions spéciales, mais bon je n’ai pas vraiment le choix. Car voyez vous le dernier opus de John Hall se mérite le titre, à mon humble avis, de meilleur whisky canadien de 2014, et bien que d’autres articles étaient prévus avant celui-ci, je vous dois bien de vous montrer avant la fin de l’année pourquoi il se mérite ce titre. Sans plus attendre, voici le Forty Creek Evolution 2014.

Sous la gouverne de John K. Hall, la distillerie ontarienne Forty Creek produit, en plus de ses expressions de base, à chaque année une édition spéciale avec une origine tout aussi spéciale. En 2014 nous avons eu droit à la huitième édition, que John a appelée le Evolution. Son nom est tiré de son origine, comme quoi c’est un bon vieux whisky qui a vieilli trois ans en fûts de chêne blanc, puis re-distillé et ensuite mis en barils de cabernet sauvignon pendant un neuf ans de plus, pour un total de douze ans, bien que techniquement vu la re-distillation, on ne peut vraiment lui attribuer cet âge.

Comme le disait si bien l’enseignant, politologue, économiste, écrivain et humoriste canadien Stephen Leacock (1869-1944):

La théorie de l’Evolution traite d’événements très anciens, détruit la position privilégiée de l’espèce humaine non seulement comme couronnement mais aussi comme finalité de la création, et foule aux pieds la moitié des religions de la planète.

Coloris d’un orange bruni tirant sur le sable égyptien avec d’onctueuses jambes un brin dodues.

Nez:
Riche caramel dès le départ, suivi de fruits juteux et d’une forte impression de xérès. On complète l’assiette avec quelques notes parsemées de chocolat, d’amandes et d’anis étoilé.

Bouche:
Épais caramel et sirop de table, relents de cabernet sauvignon et de chêne épicé. Sucre d’érable collé au fond de la poêle. Un peu de muscade saupoudrée sur des pointes de chocolat noir ici et là.

Finale:
Retour en force via un vent de dulce de leche ou de lait condensé. D’une douceur irréprochable malgré sa courte durée. Feuille de tabac et retour du chocolat noir.

Équilibre:
Complexité exceptionnelle, du beau savoir-faire en effet. Une expérience pour Hall, mais aussi pour nous tous. Le confort d’une tasse de vin chaud de Noël orné d’un gros bâton de cannelle.

Note: