#444 • Douglas Laing Timorous Beastie

Timorous Beastie

46.8% alc./vol.
Douglas Laing, Glasgow, Lowlands, Écosse.

Un beau petit blend des Highlands pour égayer ce jeudi…

Douglas Laing & Co est un embouteilleur indépendant fondé en 1948 à Glasgow qui produit des expressions reconnues telles que Clan Denny, Provenance, Old Particular et Big Peat.

Le laissez pas le petit mulot sur la bouteille vous faire croire que ce whisky n’est pas à la hauteur. Le contenu de cette dernière est composé entre autres de single malts tels Dalmore, Glen Garioch, Glengoyne et bien plus. Son nom est un clin d’oeil à la poésie de Robbie Burns.

Comme le disait si bien le premier sociologue québécois, Léon Gérin (1863-1951):

Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris.

Doré très jaune avec des jambes plutôt lentes à démarrer.

Nez:
Beau blend de céréales fruitées, avec l’impression qu’un petit sherry cask se cache à quelque part dans l’assemblage. Fruits rouges et sucre brun à fond.

Bouche:
Encore très sucré et fruité, avec quelques notes timides de dattes, d’épices et de chêne. Intéressant mais sans toutefois cogner un circuit. Petit cuir.

Finale:
Les épices, surtout le poivre enflammé, prennent l’avant-scène, et nous laissent sur une planche de chêne humide et légèrement amère.

Équilibre:
C’est rare que je dis cela, mais peut-être qu’un taux d’alcool un brin inférieur aurait un peu calmé la bête et offert une finale moins violente.

Note:

#420 • Big Peat Cask Strength Edition Christmas 2014

Big Peat Christmas 2014

55.7% alc./vol.
Douglas Laing, Glasgow, Lowlands, Écosse.

Un p’tit blend pour commencer la semaine? Dommage qu’on soit passé Nowelle…

Établi en 1948, Douglas Laing & Co est un embouteilleur indépendant avec ses racines à Glasgow qui a produit des séries reconnues telles que Provenance, Old Particular, Clan Denny et Big Peat.

Le Big Peat Christmas, édition 2014, est embouteillé à la force du fût, à la hauteur de 55.7% d’alcool. Ce blend particulièrement tourbé comprend des malts provenant de Caol Ila, Bowmore, Ardbeg et même de feu la légendaire Port Ellen.

Je vais citer ici une fois de plus le plus grand romancier de l’époque victorienne, Charles John Huffam Dickens (1812-1870):

Ne dites pas de mal du temps qu’il fait, s’il ne changeait pas, neuf personnes sur dix ne sauraient pas comment engager la conversation.

Nez:
Claque sur la gueule de tourbe, comme le bonhomme sur la bouteille. Vanille, crème fraîche, herbe et épices. céréales et viande fumée à la fin.

Bouche:
Malt grillé, céréales, tourbe, épices en puissance, sucre blanc. La tourbe est assez crasseuse et rappelle les meilleurs feux de camp.

Finale:
Longue et puissante, avec des touches de tourbe sale, de sel de mer et d’anis.

Équilibre:
C’est le 24 au soir, il fait tempête dehors, ne cherchez pas plus loin, c’est le scotch à boire.

Note: