#208 • Compass Box the Peat Monster 10th Anniversary Edition

Peat Monster 10th

48.9% alc./vol.
Compass Box, Londres, Angleterre, Royaume-Uni

La dernière bouteille, et non la moindre, de la dégustation du 6 mai dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, soirée montrant une bonne partie de la gamme des embouteillages de la compagnie anglaise Compass Box, est une édition spéciale pour le 10e anniversaire de ce blend adoré de tous les peat-lovers, j’ai nommé le Compass Box the Peat Monster 10th Anniversary Edition.

Au départ, les artisans de Compass Box avaient créé ce blend plus-que-tourbé, simplement sous le nom de Monster, exclusivement pour le renommé Park Avenue Liquor Shop à New York, mais la réponse a été si positive qu’ils ont décidé de le vendre ailleurs ensuite sous le nom de Peat Monster. C’est aujourd’hui le meilleur vendeur de la compagnie.

Pour célébrer le dixième anniversaire de ce blend, l’assemblage original a été bonifié d’un malt fumé des Highlands. Le rôle que Park Avenue Liquor Shop a joué dans la genèse du Peat Monster n’a pas été oublié ; ils ont été récompensés par l’exclusivité sur la version cask strength du Peat Monster 10th Anniversary Edition.

Vieillie dans un mélange de chêne américain neuf et usagé avec une finition en fût de chêne français, puis embouteillée en septembre 2013, l’édition que nous goûtons aujourd’hui est limitée à 5700 bouteilles.

Comme le disait si bien l’érudit et général de guerre chinois Wen Tianxiang (1236-1283) :

Il est bien peu de monstres qui méritent la peur que nous en avons.

Teint excessivement pâle, quasiment blanc. On dirait qu’il a vu le monstre sur la bouteille.

Nez:
Belle tourbe relativement douce dès le départ, tel qu’annoncé par la bête sur l’emballage. Une fois ce rideau levé, une cascade de beurre de pommes, de bacon fumé et de vanille est invitée à la boum. Un petit côté minéral vient boucler le tout.

Bouche:
Mielleux aussitôt arrivé en bouche, avec pommes et épices, poivre et vanille, le tout ficelé par une tourbe pas trop envahissante. Toffée croquant sur le pont vers la finale.

Finale:
Longue et agréable, entrelacée de tourbe et de chocolat épicé. Plus tourbé qu’en bouche.

Équilibre:
Une nette plus-value sur l’édition originale. Un vrai monstre de tourbe, mais plutôt doux et sournois. Un peated pour l’été, un apéro torqué pendant qu’on prépare un bon vieux barbecue aux briquettes.

Note: 4 Stars

#207 • Compass Box Flaming Heart

flaming heart 2012

48.9% alc./vol.
Compass Box, Londres, Angleterre, Royaume-Uni

Est arrivé en avant dernier mon favori de la dégustation du 6 mai dernier au Club de Scotch Whisky de Québec, dégustation portant sur les expressions de la compagnie anglaise Compass Box, embouteillée en août 2012 et limitée à seulement 9147 bouteilles, la quatrième édition du Compass Box Flaming Heart.

Le Flaming Heart est un whisky qui n’est pas nécessairement produit à tous les ans. En effet, les artisans de Compass Box attendent d’avoir la combinaison exacte de whiskies dont ils ont besoin pour en faire une édition, et ce dans les conditions les plus favorables. l’édition 2012 comprend des malts de partout en Écosse, mais plus particulièrement du sud de l’île d’Islay et du village de Brora. Elle est non-filtrée à froid et ne contient aucun colorant artificiel.

La combinaison des fûts est elle aussi plutôt excentrique, combinant du chêne américain ayant contenu du bourbon, du chêne français neuf et d’anciens fûts de xérès.

Comme le disait si bien George Frederick Ernest Albert, mieux connu sous le sobriquet George V, roi du Royaume-Uni et des dominions (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Irlande), et empereur des Indes (1865-1936) :

Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu. Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, Dieu est né rôtisseur.

Teinte pas tout-à-fait dorée mais qui devient plus pâle une fois versé.

Nez:
On commence sur une douce touche d’orge, trempée d’essence de vanille. On passe gentiment sur quelques raisins secs, quelques baies schtroumpfantes pour finir sur un ensorcelant soupçon de fumée de tourbe.

Bouche:
Tourbe juteuse et fruitée, vanille et cannelle. De belles notes de sherry cask émergent: feuille de tabac, dattes, zeste d’orange, épices, muscade. Ce n’est pas sans rappeler un délicieux Loch Gorm.

Finale:
Tout en élégance. S’estompe sur des notes de chocolat noir à l’orange, pour laisser les épices mourir à petit feu.

Équilibre:
Construction des plus efficaces, de surcroît avec des bases qui sont vraiment à mon goût en partant. Détente absolue. De quoi enflammer les coeurs.

Note: 4 Stars