#443 • SMWS 3.219 Bowmore 13 ans

SMWS 3.219 Bowmore 13 ans

54.3% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

« Never Far From the Sea ».

Une pierre angulaire d’Islay, un Bowmore 13 ans embouteillé cask strength pour la SMWS, on salive déjà.

Distillé le 28 mars 2000 et vieilli en fûts de bourbon de premier remplissage, la récolte finale atteint 234 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous désirez immédiatement passer à la consommation de la critique de cette bouteille, veuillez sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme le disait si bien le tireur de compétition suisse Louis-Marcel Richardet (1864-1923):

Une mer calme n’a jamais fait un bon marin.

Jaune doré d’un soleil de midi sur le village éponyme. Nez: Bouche: Finale: Équilibre:

Nez:
Céréale sucrée et pierre lavée prennent l’avant plan sur une timide tourbe salée. Semble jeune et sucré par rapport aux embouteillages officiels.

Bouche:
Vanille, citron et tourbe. Le vrai caractère de la distillerie ressort à ce stade-ci. Minéralité légèrement déplaisante.

Finale:
Toujours la pierre lavée sur un amalgame assez ambigü de sucré-salé.

Équilibre:
Un classique Bowmore avec un taux d’alcool sacrément efficace. Un tout petit peu plus de confiance en soi aurait fait péter ce malt au-dessus de la barre des 90.

Note:

#429 • SMWS 3.217 Bowmore 16 ans

SMWS 3.217 Bowmore 16 ans

55.6% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

« A Delicatessen Shopping Basket ».

Boom, une autre des bouteilles de la SMWS avec un pilier d’Islay, un Bowmore 16 ans embouteillé cask strength, ça ne peut que promettre de grandes choses.

Distillé le 25 septembre 1997 et vieilli en ex-fûts de xérès, total de 609 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous désirez immédiatement passer à la consommation de la critique de cette bouteille, veuillez sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme l’aurait si bien dit en pareilles circonstances le grand écrivain Samuel Langhorne Clemens, peut-être mieux connu sous son pseudonyme Mark Twain (1835-1910):

Mettez tous vos oeufs dans le même panier… et surveillez le panier.

Le beau roux-brun d’un single sherry cask.

Nez:
Dattes, fruits secs et chêne. Tout ce qu’on attend d’un vieux fût de xérès. Orange, pierre lavée et tourbe bien dosée. Cuir.

Bouche:
Texture riche et sirupeuse. Planche de chêne gorgée de sherry, prunes, raisins secs et fleur de sel. Incroyablement savoureux.

Finale:
Épices astringentes du xérès. D’une belle longueur, elle étire la fumée et les épices chaudes sur des notes de bois et de tabac. Frise presque la perfection.

Équilibre:
Un combo exquis. On se demande juste si quelques années de plus auraient pu le « pimper » un peu plus…

Note:

#395 • SMWS 3.237 Bowmore 17 ans

SMWS 3.237 Bowmore 17 ans

57.2% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

« A candle taking its last breath ».

Il fait toujours chaud au coeur de revisiter Bowmore, encore plus quand il s’agit d’un embouteillage de la SMWS. Ici nous avons un malt de 17 ans d’âge, distillé le 25 septembre 1997 pour un lot final de 537 bouteilles.

Si vous ne connaissez pas la SMWS vous pouvez continuer à lire. Si vous êtes déjà au courant (vous devriez vous me suivez le moindrement), veuillez rapidement sauter les deux prochains paragraphes.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Comme le disait si bien l’homme politique britannique John Russell (1792-1878):

Un proverbe est l’esprit d’un seul et la sagesse de tous…

Beau coloris doré teinté de sherry ambré.

Nez:
Subtil parfum tourbé et huileux. Dattes, sucre brun, orange sanguine. Confitures et marmelade, cuir et tabac. Retour de la tourbe.

Bouche:
Chaud caramel salé, cuir et pruneaux. Orge gorgée de xérès, tourbe maritime et pierre lavée, le tout dans des proportions équilibrées, quasi-parfaites.

Finale:
Chaude et langoureuse, le taux d’alcool transportant aisément sur une bonne distance des notes de bois, de cuir et de cinq poivres. Fumée d’un feu de camp au crépuscule sur le bord d’un phare d’Islay.

Équilibre:
Formidable. Un superbe coup de filet pour la SMWS. Pourquoi immanquablement les meilleurs embouteillages que l’on goûte à vie sont toujours ceux que l’on ne reverra jamais?

Note:

#377 • Bowmore 10 ans The Devil’s Casks • Batch 2

Bowmore Devil's Casks Batch 2

56.3% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

On revisite Bowmore, une des favorites d’Islay avec une expression spéciale limitée malheureusement épuisée aujourd’hui, le Bowmore 10 ans The Devil’s Casks.

Embouteillé en 2014, ce whisky de 10 ans a été vieilli exclusivement dans des fûts de xérès de premier remplissage, chose relativement inusitée pour Bowmore. Le fût du diable fait en partie référence à la légende qui dit que le diable se serait caché dans un fût de Bowmore, ne pouvant rester dans la fameuse église ronde du village

Comme le disait si bien la psychologue du vaisseau spatial canadien Romano Fafard, Valence Leclerc:

Ben voyons Charles, tout le monde sait que le diable est aux vaches…

D’un orange foncé tirant fortement sur le plus profond des crépuscules, ses jambes sont toutes menues et se font passablement attendre. Nez: Bouche: Finale: Équilibre:

Nez:
Les notes du sherry cask mettent la pédale à fond, tabac, raisins et dattes. Muscade, cuir et pruneaux. La tourbe reste présente, mais elle est étouffée par le reste de l’ensemble.

Bouche:
Arrivée en bouche soyeuse mais bien affirmée. Les puissantes notes du sherry cask ne font pas dans la dentelle. On décèle un peu plus la tourbe à ce stade-ci, mais le tableau reste trouble.

Finale:
Longue et intense. La tourbe salée de Bowmore brille enfin ici. Les touches de xérès y sont toujours mais l’harmonie se fait enfin entendre.

Équilibre:
Solide. On a failli me perdre ne cours de route, mais ici la finale est synonyme de rédemption.

Note:

#346 • Bowmore Laimrig 15 ans • 3e édition

Bowmore Laimrig 3rd

53.7% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous parler d’un autre Bowmore que j’ai eu l’occasion de déguster au Club de Scotch Whisky de Québec, je ne me souviens malheureusement plus quand en 2014, c’est un peu le beau problème de prendre trop de notes de dégustation, la troisième mouture du Laimrig 15 ans.

Laimrig, ça veut dire « petit hâvre » en gaélique.

Comme l’a si bien dit l’acteur, réalisateur et producteur américain Kevin Spacey (1959-):

La mémoire est le meilleur appareil photo qui soit.

Beau roux ambré, un autre enfant du xérès.

Nez:
Tourbe assez discrète derrière un épais rideau de caramel, toffee, raisins, fruits secs, dattes et tabac. Un sherry presque envahissant.

Bouche:
Comme des baies schtroumpfantes enfumées. J’en prendrais encore et encore.

Finale:
Très doux et fruité. Les épices du xérès s’accordent avec les fruits séchés, la feuille de tabac et les raisins caramélisés.

Équilibre:
La fumée épicée tire ici un bon coup. Parfait pour se réchauffer sur le bord du feu. Équilibre: Exceptionnel. Un peu fort sur le côté sherry mais on ne peut pas tous être beaux et savoir téléphoner…

Note:

#326 • Bowmore 15 ans Darkest (ancien embouteillage)

Bowmore 15 Darkest

43% alc./vol.
Distillerie Bowmore, Bowmore, Islay, Écosse

Au menu aujourd’hui, une vieille version d’un whisky plutôt reconnu de nos jours, j’ai nommé le Bowmore 15 ans Darkest.

Darkest parce que c’est supposément leur plus foncé, il a vieilli dans un assemblage de fûts de bourbon et de xérès pendant ses 12 premières années, pour en faire ensuite trois exclusivement dans le sherry. Le tout dans les légendaires Vaults #1, les entrepôts qu’on voit sur toutes les photographies de la distillerie.

Comme le disait si bien le lutteur professionnel polonais-canadien Edward Władysław Spulnik Władek (Walter) « Killer » Kowalski, ou juste « Killer Kowalski » (1926-2008):

Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu’il n’y est pas.

Le roux orangé profond du sherry cask nous démontre qu’il possède bel et bien une âme.

Nez:
Whoa! Une barre de chocolat noir Lindt caramel et fleur de sel en pleine face! Pierre salée et lavée du bord de la mer, fumée et xérès.

Bouche:
Toujours caramel et fleur de sel, cacao, cuir, tourbe, tabac à pipe aromatisé. Incroyable, excellent, du plaisir à l’état pur. Influence indéniable du chêne.

Finale:
Longue et sèche avec de beaux accents de sherry et d’épices. Bois, cacao et caramel.

Équilibre:
Pourquoi ont-ils changé la recette? Cet embouteillage est bien supérieur au nouveau, à tout point de vue.

Note: