#394 • Balvenie 15 ans Sherry Cask Single Barrel

Balvenie 15 ans Single Barrel

47.8% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

Voici aujourd’hui un superbe Balvenie 15 ans qui fait maintenant partie du portfolio régulier de la distillerie.

Le 15 ans Single Barrel Sherry Cask est un single malt entièrement vieilli en fûts de xérès qui a été mis en marché en 2014. Chacun de ces lots est numéroté à la main et provient d’un seul fût ne donnant pas plus que 650 bouteilles. On peut donc dire qu’aucun de ces lots est identique à un autre.

Comme le disait si bien le champion de tennis français et fondateur de la marque Lacoste, Jean René Lacoste, dit Le Crocodile ou L’Alligator (1904-1996):

Dans une avalanche, aucun flocon ne se sent jamais responsable…

Un beau orange terre rouillée à la hauteur des plus authentiques fûts de xérès.

Nez:
Assez frais et fringant pour un sherry cask. Le généreux taux d’alcool porte bien ses arômes de raisin rouge juteux, de toffee bruni et de caramel. Fort relaxant.

Bouche:
Texture pleine de présence. Raisins, caramel, chocolat et dattes. Gingembre et muscade font une apparition timide et tardive.

Finale:
Agréable et durable, sur un beau tapis de xérès chaud et épicé. On reste sur une belle impression de fruits séchés.

Équilibre:
Un solide sherry cask dans son ensemble. Avait-on besoin de le vieillir autant? Le résultat aurait-il été le même avant? Choix sensé de ne pas abaisser davantage son taux d’alcool. Le prix élevé n’est pas un plus, mais bon.

Note:

#369 • Balvenie 12 ans Single Barrel

Balvenie 12 Single Barrel

47.8% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

Whoa, je reviens d’une petite pause de procrastination plus ou moins prévue avec un Balvenie de 12 ans d’âge, pas le double wood mais bien un Single Barrel, c’est-â-dire provenant d’un seul et même fût, en l’occurence la 88e bouteille du baril #1834.

Cette bouteille précise aurait été commercialisée autour de 2013-2014…

Comme le disait si bien soldat espagnol José Joaquín de la Santísima Trinidad Moraga, fondateur de la ville de San Jose (1745-1785):

Ce qui manque aux orateurs en profondeur, ils vous le donnent en longueur.

Très pâle pour un Speysider de son âge.

Nez:
Miel, vanille et fleurs. Pétales blanches de marguerite, mais si timide que ça décoit un peu. Frais et fruité un fond de céréale grillée. Pommes vertes et citron.

Bouche:
Sucré et mielleux, belle présence en bouche. Vanille et orge cèdent la place aux épices. 5 poivres, même. Bien mieux que ce qui était annoncé au nez.

Finale:
Assez pointue sur ses notes d’épices, mais courte et non affirmée. Une tourbe effacée plus douce nous accompagne au travers poivre, fruits séchés et céréales.

Équilibre:
Un beau crescendo comme expérience de dégustation. Un scotch de qualité qui se laisse désirer avant de montrer ses vraies couleurs.

Note:

#365 • Balvenie 14 ans Caribbean Cask

Balvenie 14 Caribbean Cask

43% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

Hop, on se trempe les lèvres aujourd’hui dans un bon vieux Balvenie, un 14 ans d’âge, qu’on appelle « Caribbean Cask » pour sa finition particulière en fûts de rhum.

Le vieillissement principal a été fait en fûts de chêne américain pendant 14 ans pour ensuite vivre une belle finition de quelques mois en fûts de rhum indien spécialement sélectionnées par le Malt Master de Balvenie, David Stewart, récemment chevaliérisé par Sa Majesté la reine Élisabeth II.

Comme le disait si bien justement l’acteur, producteur et musicien américain John Christopher « Johnny » Depp II (1963-):

Une bonne décision prise pour de mauvaises raisons devient une mauvaise décision…

Ambré, mais pas outrte mesure, comme si ce fût des Caraïbes n’apportait pas grand chose.

Nez:
Coconut-vanille. Légère mélasse, provenant probablement du fût de rhum? Un peu de céréales grillées. Pas époustouflant.

Bouche:
Plutôt mielleux sur des notes vanillées. Peu de poids en bouche. Le fût de rhum ne vole certainement pas la vedette.

Finale:
Pas vraiment sèche, faibles touches de raisin et d’épices. Ses meilleurs moments.

Équilibre:
Décevant, surtout pour un 14 ans.

Note:

#305 • Balvenie 12 ans Triple Cask

Balvenie 12 ans Triple Cask

40% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

On s’arrête aujourd’hui sur l’entrée de gamme d’une série d’expressions qui ne sont disponibles qu’en duty-free. Je n’ai pas visité souvent les embouteillages de la distillerie Balvenie, mais après le 16 ans, voici le Balvenie 12 ans Triple Cask.

On l’appelle Triple Cask pour son vieillissement en trois types de fûts différents, des barils de chêne traditionnel, des ex-fûts de bourbon et des tonneaux de sherry oloroso. Les contenus de ces trois fûts sont ensuite combinés pour une période de quelques mois afin que leurs saveurs soient cohérentes, période qu’on appelle élégamment « mariage ».

La distillerie produit trois versions de cette expression, les 12, 16 et 25 ans d’âge.

Comme le disait si bien le romancier et essayiste français Léon Bloy (1846-1917):

Les trois meilleures choses au monde : un bon verre avant, un bon somme après.

Ambre profond avec des jambes qui se matérialisent instantanément.

Nez:
Bois sec, vanille et orge subtile. Raisins, orange et rayon de miel. Une belle bulle du Speyside.

Bouche:
Crémeux et mielleux en bouche. Vanille et miel sont à l’avant-plan, supportés par une vague d’orange. Agréable équilibre entre les fûts de bourbon et de xérès.

Finale:
Longueur moyenne sur de solides notes de bois sec.

Équilibre:
Beau départ typique de Balvenie qui se poursuit plutôt bien en bouche mais qui se dégonfle honteusement en finale. Décousu. Il ne fait aucun doute que quelques degrés supplémentaires d’alcool ne lui auraient pas nui.

Note:

#157 • Balvenie 16 ans Triple Cask

Balvenie 16 Triple Cask

40% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

La bouteille numéro trois de la soirée du 3 décembre au Club de Scotch Whisky de Québec suit de très près la seconde, étant elle aussi issue du Speyside, plus précisément de la bonne vieille distillerie Balvenie.

Cette fois-ci, on lève notre chapeau à un grand voyageur du club qui a mis la patte sur une exclusivité du marché Duty-Free, le Balvenie Triple Cask 16 ans.

On l’appelle Triple Cask bien sûr pour sa triple maturation, primo dans des barils de chêne traditionnel, secundo dans des ex-fûts de bourbon et finalement dans des tonneaux de sherry oloroso. Balvenie produit trois millésimes de cette expression, les 12, 16 et 25 ans. Celle qui fait l’objet de notre intérêt aujourd’hui est le 16 ans. Comme stipulé ci-haut, les trois expressions sont exclusivement disponibles dans les boutiques hors-taxes, histoire de créer un peu d’engouement pour les trucs un peu moins courants. Après tout, une fois pogné dans un aéroport, quoi de mieux à faire que du whisky shopping?

Comme l’a dit si souvent le footballeur congolais Trésor Mputu:

Le but d’une bonne allocution est triple : séduire, ne pas oublier, dire le moins de choses possible.

Le verre arbore un ambre léger qui nous amène presque à douter des ses multiples futailles.

Nez:
Un vent d’épices et de fruits secs évoquant le sherry entame la danse. Ça tombe bien, c’est un de ses trois fûts. Un peu de zeste d’orange vient compléter le tout.

Bouche:
Un raz-de-marée de céréales, de miel et d’amandes. Plus particulièrement l’orge juteuse baignant dans le xérès. Un brin de fumée tente un échappé, mais tombe un peu à plat. Manque un tantinet de mordant.

Finale:
Les épices astringentes du sherry font leur effet, mais en moins long que je l’avais escompté. Le sherry prend tellement de place que j’ai de la difficulté à percevoir les deux autres affinages.

Équilibre:
« Mais » est le mot d’ordre ici. Il y a toujours quelque chose qui met une ombre au tableau à chaque fois que j’y retrouve un aspect plaisant. Bel exemple de triple vieillissement, mais il manque de poigne au niveau de l’alcool.

Bien que j’affirme que son degré d’alcool quelconque est un handicap, d’autres diront qu’il laisse place à une découverte plus aisée des trois différents fûts qui entrent dans sa composition. À vous de voir…

Note:

#156 • Balvenie 17 ans Madeira Cask Finish

Balvenie 17 Madeira Cask

43% alc./vol.
Distillerie Balvenie, Dufftown, Speyside, Écosse

La seconde expression au menu lors de la soirée du 3 décembre du Club de Scotch Whisky de Québec venait d’une des distilleries classiques du Speyside, Balvenie.

On doit remercier François pour avoir capturé un rarissime embouteillage, The Balvenie 17 ans Madeira Cask Finish, qui est devenu pratiquement introuvable aujourd’hui, la distillerie l’ayant lancé et discontinué dans la même année, soit 2009.

Cette expression faisait originalement partie d’une collection de six malts de 17 ans ayant chacun un affinage spécial. Celle-ci a vieilli en premier dans des tonneaux de chêne traditionnels pour finir dans des fûtailles de vin de madère fortifié.

Comme le disait si bien le romancier français Gustave Flaubert:

Il faut pourtant que la critique se mêle toujours à l’éloge, le serpent aux fleurs, l’épine aux roses et la vérole au cul.

On lève et on tourne le verre devant le sapin pour révéler une robe d’un orangé profond tirant sur un ambre résolument neutre.

Nez:
Une curieuse fumée s’efface doucement devant une poignée de fruits des champs et de miel. La fumée réapparaît ensuite, escortée de cuir, pour revenir sur des notes d’orge et encore de miel. Un nez qui tourne en boucle. Le whisky favori de l’Ouroboros.

On laisse reposer un peu le verre pour débloquer un voile de Map-O-Spread. Achievment Unlocked!

Bouche:
Éruption d’un amalgame de céréales, de miel et d’amandes, chapeautée par une mince volute de douce boucane. Le taux d’alcool est pas mal sur la coche, juste assez pour donner un peu de torque, mais pas trop pour précipiter hâtivement les saveurs.

Finale:
Cuir, épices et fumée sont au rendez-vous, et s’en vont sans outrepasser la durée raisonnable de notre hospitalité.

Équilibre:
Ça donne le goût d’un verre de madère. Ce fût de finition est un excellent choix qui bonifie un malt qui est déjà tout aussi excellent en partant.

Note: