#384 • Arran 14 ans

Arran 14 ans

46% alc./vol.
Distillerie Arran, Lochranza, Île d’Arran, Écosse

On revisite la distillerie de l’île d’Arran pour une édition 2010 de leur portfolio standard arrivé en SAQ il y a environ 2 ans, le Arran 14 ans.

Cette expression remplace l’ancien 12 ans, et est affinée en fûts de bourbon et de xérès 2 ans avant son embouteillage.

Comme le disait si bien le poète de l’Âge d’or de la poésie russe Ievgueni Abramovitch Baratynski (1800-1844):

Ce n’est pas en s’enfermant dans sa coquille comme une huître, qu’on deviendra une perle…

Jaune pâle au point d’y voir de la tourbe ou un fût de bourbon, avec de douces jambes pas trop pressées.

Nez:
Orge et herbe classiques de la distillerie. Sucre doré avec un peu de citron. Crème et vanille.

Bouche:
Jolis fruits, épices et réglisse rouge. Une touche de caramel et de chocolat blanc accompagne un drôle de sel marin.

Finale:
Sucrée et épicée, sur un lit d’agrumes, voire même d’ananas tranché. Belle longueur.

Équilibre:
À la hauteur d’Arran, malgré qu’il aurait été bien d’y retrouver un peu plus de complexité.

Note:

#367 • Arran Millenium Casks 2013

Arran Millenium Casks 2013

46% alc./vol.
Distillerie Arran, Lochranza, Île d’Arran, Écosse

Vous souvenez-vous de ce que vous faisiez la veille du jour de l’an 2000? Paniquiez-vous en attendant la fin du monde ou bien faisiez-vous la rhumba comme s’il n’y avait pas de lendemain?

Et bien les artisans de la distillerie de l’île d’Arran étaient fort à l’ouvrage et, sans s’arrêter pour admirer les feux d’artifice, ont passé la nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000 à remplir non moins de 35 ex-fûts de bourbon et 10 ex-barils de xérès de leur précieux malt. Tout cela dans le but d’attendre le temps idéal, dans ce cas-ci 13 ans, pour lancer une édition spéciale limitée à 7800 bouteilles; le Arran Millenium Casks 2013.

Ce n’est pas un scotch qu’on a l’occasion de se descendre à tous les jours, et je dois remercier mes potes de Québec Whisky pour cela…

Comme le disait si bien le mathématicien écossais Robert Simson (1687-1768):

Les ordinateurs, moins on s’en sert, moins ça a de chances de mal marcher…

Miel doré des plus appétissants.

Nez:
Crémeux et mielleux. L’alcool est complètement absent du nez pour généreusement faire place à l’orge juteuse et au cantaloup.

Bouche:
Belle chaleur huileuse sur explosion de fruits, de caramel salé et d’épices. En mâchant un peu on parvient à s’imaginer un truffe Lindt à la vanille.

Finale:
Steady as she goes. Descend tout en douceur sur un tapis de chocolat à la fleur de sel sur lequel on n’a pas peur de tomber.

Équilibre:
Incroyable. Juste à son nom on a presque peur que l’on en aura pas d’autre avant encore un millénaire.

Note: