#412 • AnCnoc Rascan

AnCnoc Rascan

46% alc./vol.
Knockdhu Distillery, Knock, Speyside, Écosse

J’ai ici une vieille critique d’un AnCnoc auquel j’ai eu la chance de goûter en SAQ Signature l’an dernier, le Rascan.

Ce AnCnoc fait partie de la nouvelle gamme de Knockdhu, un éventail de whiskies particulièrement tourbés. Ils sont pour la plupart nommés après des outils traditionnels de récolte de tourbe. Dans ce cas-ci, le rascan est un genre de râteau qui servait à enlever une couche d’herbe et de bruyère.

Ce whisky quand même tourbé affiche un contenu de phénols à la hauteur de 11.1ppm et a vieilli dans des ex-fûts de bourbon pour « presqu’une décennie », selon la distillerie.

Comme le disait si bien l’acteur américain Eldred Gregory Peck (1916-2003):

Voulez-vous profiter vraiment de votre jardin ? Mettez des vêtements souples et lâches, un grand chapeau de paille, ayez dans une main un râteau et dans l’autre une boisson glacée. Indiquez ensuite au jardinier la plate-bande qu’il doit bêcher.

Vin blanc vif.

Nez:
Tourbe terreuse et délicieuse. Feu de camp qui boucane en masse, aiguilles de pin sèches qui crépitent. Sel et pierre lavée.

Bouche:
Tourbe, citron et pierre. Sel marin et algues. Miel et pastilles pour la toux.

Finale:
Épicée et longue, sur des notes de chêne et de fumée. Retour des images du feu de camp. Poivre blanc.

Équilibre:
Un autre bon coup du côté des tourbés d’AnCnoc. Les whiskies d’Islay se découvrent tranquillement un adversaire de taille, qui vaut le prix demandé en plus.

Note:

#373 • AnCnoc Cutter

Ancnoc cutter

46% alc./vol.
Knockdhu Distillery, Knock, Speyside, Écosse

On parle aujourd’hui d’un embouteillage d’une distillerie qui a fait preuve d’innovation dans les dernières années, Knockdhu, avec son célèbre AnCnoc, qui prend ici une tournure inattendue.

AnCnoc est généralement connu comme un whisky assez doux, mais la distillerie a décidé récemment de mettre la main à la pâte sur une nouvelle gamme qui s’ajoutera à son portfolio, un côté obscur, un éventail de whiskies extrêmement tourbés. Ce n’est pas étranger à leur histoire car les embouteillages produits dans les débuts de la distillerie bénéficiaient de l’apport des tourbières locales.

Cette bouteille a été baptisée Cutter en l’honneur d’un outil spécifiquement concu pour récolter de la tourbe dans des couches moins profondes et plus sèches. Son contenu frappe à la hauteur de 20.5ppm de phénols

Comme le disait si bien l’homme de lettres, romancier, philosophe et homme politique français Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814):

Il est un antre obscur où vont s’isoler les amours pour nous séduire avec plus d’énergie.

Un autre tellement désaturé que j’en viens à questionner la pertinence d’en décrire la couleur.

Nez:
Tourbe discrète, impression de carton de boîte de pizza. Pommes, poires et sel marin. Meringue, crème et citron. Fumée huileuse, gaze imbibée d’iode.

Bouche:
Arrivée douce et sucrée, gouttes de rosée, fleur de sel, miel, poires, herbe, tourbe. Léger poivre rose main dans la main avec un bloc de tourbe humide. La fumée s’efface un peu vers la fin, juste assez pour nous offrir une séduisante dose de pamplemousse rose juteux.

Finale:
Longue et légèrement épicée sur des notes de chêne, de poivre, de chocolat blanc et de fumée cendreuse.

Équilibre:
Équilibre presque parfait, un autre endroit où Islay pourrait prendre une ou deux leçons. Négliger cet embouteillage serait une erreur.

Note: