#125 • Amrut Cask Strength

Amrut Cask Strength

61.8% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Une excellente mignonnette que j’ai trouvée au centre-ville de San Francisco, le Amrut Cask Strength, est le prochain témoin appelé à la barre. Superbe présentation, y allant même avec une jolie petite version miniature du tube métallique contenant la bouteille. C’est souvent ce genre d’attention aux petits détails qui fait la marque d’une grande distillerie et qui fait une différence.

J’ai longtemps louangé Amrut pour son expression Fusion, et quand j’ai vu cette petite bouteille de brut de fût, je n’ai pas pu laisser passer cette chance d’y goûter. Car qui dit cask strength, dit explosion de saveurs. À près de 62% d’alcool, il n’est pas à la portée du néophyte.

Ce qui me rappelle ces paroles de Perceval le Gallois:

Ouais, en même temps ça vous a prouvé qu’on avait pas froid au ventre!

Teinte de l’or le plus pur. Évoque des images de Fort Knox.

Nez:
Marmelade, pêche, orange, muscade. Immensément malté avec des notes de noix d’acajou. Peu ou pas d’attaque de l’alcool.

Bouche:
Départ très doux pour un tel degré d’alcool. Lime, fleurs, épices, noix et miel se présentent à tour de rôle avant de lentement mais sûrement s’effacer devant la vague de chaleur contagieuse de ce cask strength.

Finale:
Une douce fumée non tourbée enveloppe noix, muscade, orange, épices et café. Je dois avouer que c’est ici que son caractère indien ressort.

Équilibre:
Dieu a crée le Amrut Cask Strength pour éprouver les fidèles. Un malt qui nous fait réaliser que la vie est trop courte pour boire du mauvais whisky. Pas quand il en existe de ce calibre.

Note:

#008 • Amrut Fusion

Amrut Fusion

50% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Un whisky indien? De kossé? J’ai eu au départ la même réaction que vous, mais ma curiosité a fini par avoir le dessus. Ne vous en faites pas, l’eau du Gange n’a pas servi à sa distillation!

Selon la mythologie indienne, un vase d’or appelé Amrut apparut, contenant l’élixir de la vie, quand les Rakshasas et les dieux ont brassé les océans. Dans la vraie vie, l’Amrut Fusion résulte plus d’un savant assemblage de malt tourbé écossais et d’orge indien de l’Himalaya.

Ce whisky n’a aucun énoncé d’âge sur la bouteille, mais à ce qu’il paraît, le climat indien et l’altitude à laquelle le vieillissement s’effectue accélère démesurément la maturation. Trois ans à trois ans et demi en Inde équivaudrait à dix ans en Écosse! Comme des années de chien! …comparaison poche, passons aux choses sérieuses.

Comme le disait si bien la révérende mère Gaius Helen Mohiam:

Kull Wahad!

Nez:
Fraise et caramel. Arthur! J’aime les fruits au sirop! On sent bien les fûts de chêne, probablement des anciens fûts de bourbon. On parvient au deuxième nez à déceler une fine pointe de tourbe iodée sous une couche de groseille ou bien d’airelle. Un parfait exemple de complexité.

Bouche:
Wow! Coup de poing dans la geule! Très sucré, baies ou fruits confits. Ça se mute en vanille à mi-chemin, suivi d’épices pour terminer en finesse avec une légère fumée. Brillant.

Finale:
Sèche, longue avec un tout petit restant d’iode. Particulièrement marquée d’épice. Au singulier. S’il existait une eau de vie Fremen, ce serait Amrut Fusion.

Équilibre:
Original et hors du commun mais surtout livre la marchandise, complexe à souhait, tout simplement superbe.

Note: