#423 • Amrut Single Cask • Bourbon Cask SAQ

Amrut Single Cask Bourbon SAQ

50% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Ah, les whiskys indiens… Amrut est une des distilleries les plus réputées de ce pays qui n’a pas été toujours réputé comme un pays producteur de whisky. Du moins de « bon » whisky.

Nos amis de la SAQ ont quand même réussi ici à se faire embouteiller un fût exclusivement pour nous, pauvres québécois. C’est le Bourbon Cask #3450, Distillé en juin 2009 et embouteillé en juillet 2014, 120 bouteilles, exclusivité SAQ.

Comme le disait si bien l’acteur américain Everett McGill (1945-):

Quand je vois tous ces couples fidèles je me dis que tout le monde peut se tromper.

Orange foncé, marqué par la maturation de quelques étés indiens.

Nez:
Caramel brûlé sucré et orge, mais qui ne passent pas sous silence certaines notes bourbonnesques telles vanille, chêne et maïs. Parfum vague de fenouil.

Bouche:
Texture fort riche et sirupeuse, avec un épais caramel, vanille, chêne, fruits juteux, sucre d’orge.

Finale:
La cannelle et les autres chaudes épices de son taux d’alcool nous transportent vers des notes de bois, de fruits confits, de légère vanille.

Équilibre:
Une belle expérimentation pour la distillerie et notre monopole d’état. Même si son prix est plus ou moins bon, ça reste un bourbon cask relativement surprenant.

Note:

#371 • Amrut Kadhambam

Amrut Kadhambam

50% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

On retourne en Inde ici avec une expression spéciale d’Amrut, le Kadhambam, qui signifie « mélange » en Tamoul.

Mélange en effet, ce puissant malt à 50% d’alcool est issu de trois types de fûts différents ayant contenu du xérès oloroso, du rhum et du brandy Bangalore Blue.

Comme le disait si bien le cardinal Léger à sa servante:

Quand on regarde attentivement un cochon d’Inde, on remarque : premièrement que ce n’est pas un cochon, deuxièmement qu’il n’est pas d’Inde, et qu’en définitive seul le “d’ ” est authentique.

Rayon de miel riche et profondément orangé.

Nez:
Chêne poussiéreux marqué par une forte céréale et une pointe de tourbe à peine perceptible. Traces de jeune mélasse au loin.

Bouche:
Agréable texture en bouche, les céréales laissent doucement le fût s’exprimer sur des notes de bois et de fruits séchés. Un léger caramel salé nous emmène vers un amas d’épices. On le trouve un peu plus mature ici.

Finale:
Retour sur un grain un peu fade ainsi que sur le bois de chêne et une poignée de fruits un peu plus juteuse.

Équilibre:
Très joli coup Amrut, mais vous m’avez habitué à mieux.

Note:

#342 • Amrut Peated

Amrut Peated

46% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Je vous ramène aujourd’hui en Inde, chez nos amis de chez Amrut, qui se sont pendant les dernières années bâti une solide réputation qui laisse la plupart des autres producteurs indiens de whisky dans la poussière.

Allons-y avec une expression tourbée de ce single malt, le justement nommé Amrut Peated.

Élaboré avec le même soin que le reste de la gamme de la distillerie, subissant les mêmes conditions climatiques de vieillissement et embouteillé à 46% d’alcool, il ne devrait laisser personne indifférent.

Comme le disait si bien l’épouse du seizième président américain Abraham Lincoln et première dame des États-Unis de 1861 à 1865, Mary Ann Todd Lincoln (1818-1882):

Il n’y a pas d’homme plus aveugle que celui qui a déjà fait son choix.

Bel ambré doré intense.

Nez:
Pas exceptionnellement tourbé si je le mesure à mes attentes. Chêne, caramel, malt grillé, miel et toffee salé. Vanille et pommes vertes fraîches.

Bouche:
Le caramel salé et la tourbe frappent bien ici. Feu de camp, bois de chêne brûlé. Poivre blanc. un superbe équilibre entre la tourbe et le sucre.

Finale:
Longue avec beaucoup de fumée résiduelle. Caramel, vanille et chocolat noir sont aussi de la partie.

Équilibre:
On s’attend en général à un peu plus venant de la part de quelque chose qui s’annonce aussi « peated ». C’est loin d’être un monstre de tourbe, mais c’est un sacré bon whisky.

Note:

#254 • Amrut Single Malt • Batch 53

amrut single malt

46% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Encore une fois, cette mini provient de l’état à la plus grande variété de minis, la Californie. Amrut nous en met encore plein la gueule avec un emballage soigné, du tube de métal au sceau de papier du goulot, autant que si c’était une bouteille pleine grandeur. Celle que nous avons aujourd’hui est l’expression de base, disponible en SAQ, provenant du lot #53, distillé en janvier 2010 et embouteillé en mars 2013, voici le Amrut Single Malt.

La plupart du temps, Amrut sort ses whiskys dès qu’ils peuvent légalement en porter le nom, car ils ont cette lame à double tranchant qu’est leur climat indien. On dit que trois ans en fût sous les chaleurs humides de l’Inde équivaut à dix ans dans le climat écossais. Mais qui dit vieillissement rapide dit aussi qu’il faut être vigilant et embouteiller ce whisky avant que trop d’alcool ne se soit évaporé. On se rappelle qu’en bas de 40% ce n’est plus du whisky!

Amrut jongle plutôt bien avec ces défis, tellement qu’une édition spéciale vient d’être mise en marché, le Greedy Angels (les anges avares), qui après ses huit ans de maturation en Inde, a perdu entre 10% et 16% de son volume par année, contre environ 2% en Écosse!

Comme le disait si bien le militaire et administrateur français, nommé à deux reprises gouverneur de la Nouvelle-France par le roi de France Louis XIV, Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau (1622-1698):

L’avarice est comme le feu, plus on y met de bois, plus il brûle.

D’un beau jaune doré et éclatant, signe de jeunesse ou bien, connaissant Amrut, de belles promesses.

Nez:
Orge séchée, foin poussiéreux. Vanille et malt, surtout malt, bien juteux, grillé et sucré. Légères notes de fruits au sirop.

Bouche:
Arrivée en bouche mielleuse et légère, très égayante et sympathique. Vanille et chêne en force, épices crémeuses avec une subtile goutte d’amertume.

Finale:
Courte et chaleureuse. Cuir délicat sur une pointe de tarte au poires. Seul un petit, tout petit arrière-goût métallique vient lui coûter ici quelques points.

Équilibre:
Somme toute plus qu’un excellent malt d’entrée de gamme, et abordable en plus. Un choix très sensé d’embouteiller à 46%. Un bon tremplin pour vous diriger vers d’autres expressions de la distillerie qui vous feront vraiment tomber en bas de votre chaise.

Note:

#125 • Amrut Cask Strength

Amrut Cask Strength

61.8% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Une excellente mignonnette que j’ai trouvée au centre-ville de San Francisco, le Amrut Cask Strength, est le prochain témoin appelé à la barre. Superbe présentation, y allant même avec une jolie petite version miniature du tube métallique contenant la bouteille. C’est souvent ce genre d’attention aux petits détails qui fait la marque d’une grande distillerie et qui fait une différence.

J’ai longtemps louangé Amrut pour son expression Fusion, et quand j’ai vu cette petite bouteille de brut de fût, je n’ai pas pu laisser passer cette chance d’y goûter. Car qui dit cask strength, dit explosion de saveurs. À près de 62% d’alcool, il n’est pas à la portée du néophyte.

Ce qui me rappelle ces paroles de Perceval le Gallois:

Ouais, en même temps ça vous a prouvé qu’on avait pas froid au ventre!

Teinte de l’or le plus pur. Évoque des images de Fort Knox.

Nez:
Marmelade, pêche, orange, muscade. Immensément malté avec des notes de noix d’acajou. Peu ou pas d’attaque de l’alcool.

Bouche:
Départ très doux pour un tel degré d’alcool. Lime, fleurs, épices, noix et miel se présentent à tour de rôle avant de lentement mais sûrement s’effacer devant la vague de chaleur contagieuse de ce cask strength.

Finale:
Une douce fumée non tourbée enveloppe noix, muscade, orange, épices et café. Je dois avouer que c’est ici que son caractère indien ressort.

Équilibre:
Dieu a crée le Amrut Cask Strength pour éprouver les fidèles. Un malt qui nous fait réaliser que la vie est trop courte pour boire du mauvais whisky. Pas quand il en existe de ce calibre.

Note:

#008 • Amrut Fusion

Amrut Fusion

50% alc./vol.
Distillerie Amrut, Bangalore, Inde

Un whisky indien? De kossé? J’ai eu au départ la même réaction que vous, mais ma curiosité a fini par avoir le dessus. Ne vous en faites pas, l’eau du Gange n’a pas servi à sa distillation!

Selon la mythologie indienne, un vase d’or appelé Amrut apparut, contenant l’élixir de la vie, quand les Rakshasas et les dieux ont brassé les océans. Dans la vraie vie, l’Amrut Fusion résulte plus d’un savant assemblage de malt tourbé écossais et d’orge indien de l’Himalaya.

Ce whisky n’a aucun énoncé d’âge sur la bouteille, mais à ce qu’il paraît, le climat indien et l’altitude à laquelle le vieillissement s’effectue accélère démesurément la maturation. Trois ans à trois ans et demi en Inde équivaudrait à dix ans en Écosse! Comme des années de chien! …comparaison poche, passons aux choses sérieuses.

Comme le disait si bien la révérende mère Gaius Helen Mohiam:

Kull Wahad!

Nez:
Fraise et caramel. Arthur! J’aime les fruits au sirop! On sent bien les fûts de chêne, probablement des anciens fûts de bourbon. On parvient au deuxième nez à déceler une fine pointe de tourbe iodée sous une couche de groseille ou bien d’airelle. Un parfait exemple de complexité.

Bouche:
Wow! Coup de poing dans la geule! Très sucré, baies ou fruits confits. Ça se mute en vanille à mi-chemin, suivi d’épices pour terminer en finesse avec une légère fumée. Brillant.

Finale:
Sèche, longue avec un tout petit restant d’iode. Particulièrement marquée d’épice. Au singulier. S’il existait une eau de vie Fremen, ce serait Amrut Fusion.

Équilibre:
Original et hors du commun mais surtout livre la marchandise, complexe à souhait, tout simplement superbe.

Note: