#421 • Aberfeldy 16 ans

40% alc./vol.
Distillerie Aberfeldy, Aberfeldy, Highlands, Écosse

Et voici un beau single malt auquel j’ai goûté lors d’une soirée embrumée du Festival des Spiritueux du Nouveau-Brunswick il y a deux ans, le Aberfeldy 16 ans!

La distillerie Aberfeldy n’embouteille du single malt sous son nom que depuis 1999, produisant auparavant exclusivement pour les blends de Dewar’s depuis sa fondation par John Dewar & Sons en 1896. Une vraie honte! Heureusement qu’on peut aujourd’hui profiter de ces single malts qui sont des plus mielleux de l’industrie.

Comme le disait si bien le physicien, géologue et naturaliste genevois Horace-Bénédict de Saussure, considéré comme l’un des fondateurs de l’alpinisme (1740-1799):

Ceux qui ont une foi excessive dans leurs idées ne sont pas bien armés pour faire des découvertes.

Nez:
Malt et vanille mielleuse, très proche de son petit frère de 12 ans, même la bouteille peut porter à confusion. Quelques fruits et fleurs.

Bouche:
Légèrement fade mais doux. Encore vanille et miel en puissance, mais son long sommeil et fût lui donne un petit punch épicé.

Finale:
D’une durée plutôt moyenne mais plaisante, portée sur le bois et les épices.

Équilibre:
Très bon, quoiqu’un peu surfait. Le 12 ans fait superbement la job, et pour juste $50 en plus!

Note:

#376 • Aberfeldy 21 ans

Aberfeldy 21 ans

40% alc./vol.
Distillerie Aberfeldy, Aberfeldy, Highlands, Écosse

Je vous avais promis d’en arriver à ce malt il y a quelque temps, et j’ai fini par aller y goûter en SAQ Signature, voici le Aberfeldy 21 ans.

Produisant exclusivement pour les blends de Dewar’s depuis sa fondation par John Dewar & Sons en 1896, la distillerie Aberfeldy n’embouteille du single malt sous son nom que depuis 1999, même pas 20 ans! Ce qui ne les empêchait pas d’en produire et de le laisser vieillir, pour nous offrir ce que nous allons déguster aujourd’hui, un beau 21 ans d’âge.

Comme le disait si bien le nouvelliste et romancier américain Robert E. Howard, inventeur de l’heroic fantasy, avec les aventures de son héros Conan le Barbare (1906-1936):

Tout homme s’offre le luxe inestimable de prononcer son premier et son dernier mot.

Très riche et bien doré.

Nez:
Caramel lourdement malté. Noix et oranges. L’influence du bois est marquée, mais sans trop vouloir prendre toute la place.

Bouche:
Miel sucré et juteux, beau poids en bouche, marmelade un peu amère, fruits et délicieux toffee. Raisins. Doux et suave, malgré qu’on voudrait un tout petit peu plus de personnalité.

Finale:
Assez courte sur de fortes notes de vanille et de chêne grillé.

Équilibre:
Un excellent nez, mais la tranquilité du reste de l’expérience fait patate. Donnez-nous un peu plus de teneur en alcool. Avec un nez et un énoncé d’âge pareil, je m’attends à plus de cette distillerie.

Note:

#242 • Aberfeldy 12 ans

Aberfeldy 12

40% alc./vol.
Distillerie Aberfeldy, Aberfeldy, Highlands, Écosse

Je vais lancer ici un petit remerciement à Pierre-Luc pour m’avoir laissé faire un raid dans son armoire à whisky, pour bien sûr le plus grand bien scientifique de ce blogue. Une des minis qui en est sorti est celle d’un Aberfeldy 12 ans.

La distillerie Aberfeldy a été fondée en 1896 par John Dewar & Sons et a toujours été vouée à fournir du single malt destiné aux différents blends de Dewar’s. Ce n’est que presqu’un siècle plus tard, en 1999, que la distillerie a commencé à embouteiller son single malt sous le nom de la distillerie.

Ils ont depuis ajouté à leur portfolio un exquis 21 ans d’âge, dont je vous parlerai un de ses jours…

Comme le disait si bien l’acteur américain sous le masque de Batman, William West Anderson, mieux connu sous le nom de Adam West :

Un escalier de ministère est un endroit où les gens qui arrivent en retard croisent les gens qui partent en avance.

Ambre cuivré plein de promesses et on l’espère de richesses.

Nez:
Miel, bruyère et poire. Chêne franc avec une touche de butterscotch ici et là.

Bouche:
Doux et mielleux. Nectarine, orange et re-miel. Un joli coussin de douceur par rapport au nez.

Finale:
Moyennement longue et chaude, avec des notes de chêne poussièreux et des échos de miel vanillé.

Équilibre:
Sans prétention, mais aussi sans surprise et sans éclat. Ça demeure quand même un autre excellent malt de semaine. Comme dans la plupart des cas, avec un léger coup de pied au derrière de sa teneur en alcool, on pourrait se rendre à quelque part.

Note: