#440 • Lot No40 Cask Strength 12 ans

Lot 40 Cask Strength 12 ans

55% alc./vol.
Hiram Walker Distillery, Windsor, Ontario, Canada

Il y a quelques mois, chez Québec Whisky, nous recevions Spencer Gooderham, descendant de la lignée Gooderham & Worts et ambassadeur pour la distillerie Hiram Walker.

Certains d’entre vous ont sûrement entendu parler du fameux Lot No40 Rye Whisky, récipiendaire de nombreux prix et éloges, dont meilleur whisky aux Canadian Whisky Awards 2015.

Et bien un des grands succès de la soirée fut un de ses grands cousins, brut de fût et composé à 100% de seigle, le Lot No40 Cask Strength 12 ans. Il fait partie de la Northern Border Collection 2017. En voici sans plus tarder la critique.

Comme le disait si bien l’acteur et chanteur comique britannique Alfred Hawthorn Hill, dit Benny Hill (1924-1992):

Le risque qu’il y ait une bombe dans un avion est de un sur un million. Le risque qu’il y ait deux bombes dans un avion est de un sur cent milliards. La prochaine fois que vous prendrez l’avion, diminuez les risques, emmenez votre bombe!

Nez:
Rye explosif, fruits frais et verts, sucre d’orge et pain d’épice. Cannelle en puissance.

Bouche:
Caramel chaud, rye ultra-épicé, bonbons à la menthe poivrée, fruits dans leur sirop, taux d’alcool qui se fait beaucoup moins subtil que prévu.

Finale:
Longue, chaude, incroyablement poivrée. Le rye continue à dominer en maître.

Équilibre:
Une bombe de rye, si l’expression se peut. Excellent.

Note:

#426 • Gibson’s Finest 12 ans

Gibson’s Finest 12 ans

40% alc./vol.
Hiram Walker & Sons Limited, Windsor, Ontario, Canada

Restons dans les whiskys canadiens aujourd’hui avec l’un peu moins illustre, du moins au Québec, Gibson’s Finest 12 ans.

La marque Gibson’s Finest en est une bien étrange. La marque fut créée en 1956 par l’américain John Gibson. Lors de la prohibition, la distillerie Schenley racheta la marque et commença à mettre en marché sa propre version du Gibson’s avec du whisky produit à sa distillerie de Valleyfield.

De nos jours, Gibson’s appartient aux écossais William Grant & Sons, la famille derrière le Glenfiddich. La production se fait pourtant chez Hiram Walker à Windsor, Ontario.

C’est aussi le whisky officiel de la Ligue Canadienne de Football.

Comme le disait si bien le journaliste, historien et écrivain américain William Lawrence Shirer (1904-1993):

Tu ne travailleras pas la journée du Sabbat, ce jour est consacré aux matches de football.

Teinte à peine ambrée et plutôt jaune pour un canadien.

Nez:
L’alcool est très présent pour un whisky à 40 degrés. Le blend de grain très jeune est ce qui saute le plus au nez, nappé d’un soupçon de vanille et de miel.

Bouche:
On reste dans le grain, la vanille et le miel, avec quelques petites épices qui tentent de sauver les meubles, mais qui frappent un mur devant sa texture incroyablement plate.

Finale:
Une chaleur moyenne perdure, mais un fort goût d’acétone est le seul souvenir qui reste après que les autres saveurs aient quitté le navire.

Équilibre:
Pas mauvais, mais comme canadian whisky de cet âge, on peut aisément trouver moins ennuyant.

Note: