#454 • Glenlivet Single Cask 19 ans Delnabo

Glenlivet Delnabo 19

51.3% alc./vol.
Distillerie Glenlivet, Ballindalloch, Speyside, Écosse

Glenlivet a l’agréable habitude de nous sortir un bon Single Cask édition spéciale exclusif au Canada environ à tous les ans.

On goûte ici l’édition 2015, appelée « Delnabo » en l’honneur d’une vieille distillerie du même nom. Elle a été fondée en 1830 pour être rachetée peu après par George Smith. Il l’a fermée et transformée en ferme quand la construction de sa distillerie Glenlivet fut achevée en 1858.

Ce Single Cask, âgé de 19 ans, provient du fût #125995 et a été embouteillé le 06/07/2015.

Comme le disait si bien le cardinal Léger à sa servante:

Le luxe est une habitude qui se contracte facilement.

Jaune teinté d’un sépia un peu trouble.

Nez:
Miel et poires, gouttes de rosée et fruits des champs. Caramel et vanille. L’orge typique de Glenlivet se fait plus discrète au profit des autres éléments. L’alcool se fait presque invisible à cette étape.

Bouche:
Avalanche de fruits frais dans un sirop épais. Chêne, pommes et poires, épices endiablées. Pointe de cuir à la fin.

Finale:
Les épices et le taux d’alcool nous transportent longtemps sur une planche de chêne sèche.

Équilibre:
Un autre bon coup de Glenlivet dans cette nouvelle ère des whiskies trop chers pour leur absence de mention d’âge. Bon, il n’est pas donné lui non plus, mais même une coche en-dessous du Tomnabat Hill, c’est un embouteillage crissement solide.

Note:

#449 • Singleton of Dufftown Reserve Collection Unité

Singleton of Dufftown Unité

40% alc./vol.
Dufftown Whisky Distillery, Dufftown, Banffshire, Écosse.

L’embouteillage d’aujourd’hui provient d’un petit village du Speyside qui abrite non moins de six (6) distilleries de scotch, Dufftown. Outre Balvenie, Glenfiddich, Kininvie, Glendulan et Mortlach, on y retrouve l’homonyme distillerie Dufftown.

Cette dernière, en plus de produire pour les blends Bell’s, embouteille une gamme de single malts comprenant entre autres un 12, un 15 et un 18 ans, sous l’appellation Singleton of Dufftown.

Comme le disait si bien le mathématicien français Adrien-Marie Legendre (1752-1833):

Le bonheur fait quelquefois comme le beau monde, il arrive sur le tard.

Texture visuellement grasse avec une généreuse teinte ambrée.

Nez:
Herbe et fruits dilués dans un fond de verre d’eau de rose. Vanille et poire avec un peu d’orge séchée.

Bouche:
Texture fade et transparente en bouche. Goût dilué de salade de fruits, de melon et de caramel au beurre. De bonnes saveurs dans l’ensemble, mais qui auraient pu être plus franches.

Finale:
Courte et fade sur des notes de bois, de cerise et d’épices.

Équilibre:
Pas méchant, mais beaucoup trop gêné. Peut-être que les saveurs auraient percé un peu plus à un taux d’alcool supérieur.

Note:

#441 • BenRiach 12 ans Sherry Cask

Benriach Sherry 12 ans

46% alc./vol.
Distillerie BenRiach, Elgin, Speyside, Écosse

Aie aie aie, il me semble que j’aurais du critiquer ce Benriach depuis fort longtemps, c’est une expression qui s’est longtemps vendue en SAQ et si vous êtes chanceux vous pourriez en scorer une si vous voyagez ne serait-ce qu’un petit peu.

C’est un sublime malt issu d’un vieillissement exclusif en fûts de xérès Oloroso et Pedro Ximénez, 12 ans minimum!

Comme le disait si bien le prêtre jésuite français, théologien de renom et membre de l’Académie française, le cardinal Jean Daniélou (1905-1974):

L’Homme le plus mature de la Terre doit en être aussi le plus ennuyeux!

Sherry orangé et d’apparence fruitée.

Nez:
Xérès, pas étonnant, cerise noire, noix, caramel salé, et dattes. Simple, mais plaisant et bien construit.

Bouche:
Raisins juteux, caramels crémeux Kraft, belles épices comme cannelle et poivre blanc. Nougat, orge et bois de chêne. Un vrai délice qui nous fait en redemander.

Finale:
Chaude et intéressante. Ses notes de xérès, de paprika fumé et de cacao s’allongent pour notre plus grand plaisir.

Équilibre:
Simple et efficace, un sherry cask de cette qualité à ce prix-là mérite qu’on fasse le détour en SAQ.

Note:

#437 • Benromach 10 ans

Benromach 10

43% alc./vol.
Distillerie Benromach, Forres, Speyside, Écosse

On se tape aujourd’hui la nouvelle expression-phare de la distillerie de Gordon & MacPhail, le Benromach 10 ans.

Pour ses neuf premières années de maturation, ce malt a été contenu à raison de quatre parts sur cinq dans des fûts de bourbon pour une part de fûts de xérès. Pour une année supplémentaire, car il fallait bien arriver à dix, la totalité de l’assemblage a été vieilli en futailles de sherry.

Aux World Whisky Awards 2014, ce Benromach 10 ans a remporté l’or dans la catégorie « Meilleur Speyside Single Malt – 12 Ans et Moins ».

Comme le disait si bien la duchesse Suzanne de Bourbon, aussi comtesse de la Marche (1491-1521):

Un nain a beau se tenir sur une montagne, il n’en est pas plus grand pour cela.

Or pur qui se prélasse au soleil.

Nez:
Malt grillé, miel, tourbe et sherry nous offrent un ballet des plus enivrants. Une cuillère de Nutella marbré et un brin de phénol affirmé referment le cercle.

Bouche:
Miel et raisins secs frais. Dattes juteuses et oranges. Un discret nuage tourbe enveloppe le tout.

Finale:
Chaude et épicée, marquée par le bois et le xérès. Perdure un bon bout de temps. Cacao.

Équilibre:
Un excellent dram. On reste en terrain connu, mais ça reste fort bien exécuté.

Note:

#436 • SMWS 30.70 Glenrothes 22 ans

SMWS 30.70 Glenrothes 22 ans

52% alc./vol.
Distillerie Glenrothes, Rothes, Speyside, Écosse

« Venus in Furs ».

Aujourd’hui on passe en revue un beau Glenrothes, provenant de la Scotch Malt Whisky Society, rien de moins.

La Scotch Malt Whisky Society, ou SMWS, est le plus grand club de whisky au monde, avec plus de 26 000 membres répartis dans 16 pays. Avec leurs racines au Royaume-Uni, ils sont tellement étendus qu’ils peuvent se permettre d’acheter des fûts de whisky et de les embouteiller afin de les vendre exclusivement à leurs membres.

Toujours des single casks, embouteillés cask strength, sans aucune mention de la distillerie, leurs expressions sont toujours très prisées et encensées. Bien que le pourcentage d’alcool et l’âge du whisky soient indiqués sur la mystérieuse bouteille, aucune mention de la distillerie d’origine ne s’y retrouve. Le seul indice de son origine est sous la forme d’un cryptique code impossible à déchiffrer à mois d’avoir accès à la légende appropriée.

Le Glenrothes au menu a été distillé le 29 décembre 1989 et porte tout de même un solide 22 ans d’âge. Après tout ce temps, on en a tiré un somme toute raisonnable 218 bouteilles.

Comme le disait si bien l’auteur-compositeur-interprète soviétique Boulat Chalvovitch Okoudjava, ou Булат Шалвович Окуджава (1924-1997):

Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus. Les ordinateurs viennent de l’enfer.

Jaune doré un peu embrouillé.

Nez:
Assez raffiné avec céréales au miel, orange et chocolat, surplombé d’un vent de cuirette et de poil mouillé.

Bouche:
Belle texture sucrée, miel et gâteau aux fruits. Une épice vient nous chercher vers la fin, mais ici on parle plus de taux d’alcool qui cherche peut-être à nous rattrapper.

Finale:
Gâteau aux épices qui perdure en bouche, à l’image des meilleurs single pot stills irlandais, mais en plus puissant.

Équilibre:
Assez simple, mais démontre que parfois ça en prend peu pour obtenir de beaux résultats.

Note:

#434 • Glendronach Cask Strength Batch #4

Glendronach Cask Strength Batch 4

54.7% alc./vol.
Distillerie GlenDronach, Forgue, Speyside, Écosse

Retour à la force du fût aujourd’hui avec une bombe de xérès dégustée en SAQ Signature il y a un bon bout de temps, le Glendronach Cask Strength, quatrième batch, rien de moins!

Embouteillé sans filtration à froid, ce malt d’une exquise profondeur est issu d’un assemblage de fûts de sherry Oloroso et Pedro Ximénez.

Seulement 17 806 bouteilles ont été commercialisées, à un solide taux d’alcool de 54.7%!

Comme le disait si bien le médecin et homme politique québécois, membre du Parti conservateur du Québec, deux fois Premier ministre du Québec Charles-Eugène Boucher de Boucherville (1822-1915):

Le difficile est de distinguer les restaurants dont on sort en se mordant les doigts et ceux dont on sort en se les léchant.

Très neutre au niveau de sa teinte ambrée.

Nez:
Raisins, Fruits des champs et cerise noire. Un peu de miel et d’épices viennent couronner le tout. Vraiment peu agressif.

Bouche:
Très riche et raffiné. Texture onctueuse et gorgée de sherry. Épices, raisins, dattes et caramel épais. Chêne sec et vineux, poivre et chocolat.

Finale:
Longue et savoureuse, sur des accents de chêne, de cerise, de raisins secs et d’épices. Un tout petit cuir chétif se laisse deviner.

Équilibre:
Ça reste un style plutôt classique, mais à ce taux d’alcool, Glendronach a su se démarquer.

Note: