#417 • Highland Park Magnus

Highland Park Magnus

40% alc./vol.
Distillerie Highland Park, Kirkwall, Orkney, Écosse.

Belle nouveauté chez nos voisins de l’est, les toujours avant-gardistes ANBL, un HP du peuple! En exclusivité nord-américaine, Highland Park nous offre sa dernière création sans mention d’âge pour la maigrelette somme de 50$ la bouteille, le Highland Park Magnus.

Introduit dans la gamme Highland Park en Septembre 2017, le Magnus porte ce nom en l’honneur du légendaire contrebandier et fondateur de la distillerie, Magnus Eunson. Il aurait été un des déscendants des Vikings qui ont colonisé l’Orcadie il y a des siècles, et on dit qu’il fabriquait du whisky bien avant la fondation officielle de HP en 1798.

Si vous avez soif de légendes au sujet de Magnus, je vous invite à parcourir mes autres critiques de Highland Park, dans lesquelles j’essaie de poivrer tant bien que mal un peu de son histoire rocambolesque.

Quant à l’expression devant nous, on parle d’une forte proportion de fûts de chêne américain ayant contenu du xérès, ainsi que quelques ex-fûts de bourbon. Tout pour nous accrocher, quoi…

Comme le dit si bien l’écrivain américain récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1962, John Steinbeck (1902-1968):

Un synonyme est un mot qu’on écrit pour remplacer celui dont on ne connaît pas l’orthographe.

Nez:
On reconnaît tout de suite au nez le caractère HP. Orge, miel, fleurs, bruyère, fumée, malt grillé et xérès.

Bouche:
Texture adéquate, malt, miel, épices, chêne et légère tourbe. Xérès, pruneaux, raisins secs et sel marin.

Finale:
Caramel et gâteau aux fruits. Plus courte qu’on ne l’aurait souhaité.

Équilibre:
Excellent single malt pour toutes les occasions, avec de surcroît un prix incroyable. Serait-on en train d’assister à la fin des mentions d’âge chez Highland Park aussi?

Note:

#415 • Old Particular Craigellachie 18 ans

Old Particular Craigellachie 18 ans

48.4% alc./vol.
Distillerie Craigellachie, Craigellachie, Speyside, Écosse

La SAQ Signature a le don parfois de mettre la main sur des séries d’embouteillages vieux et particuliers. Dans les dernières années, on a eu droit entre autres à cette belle gamme de l’embouteilleur indépendant Douglas Laing, la série Old Particular.

Plus souvent qu’autrement assez chers pour nous faire hésiter un peu avant d’acheter, on peut toutefois dans les succursales SAQ Signature goûter certains de ces produits si on le demande gentiment. Ce que j’ai fait.

Ce malt est un Craigellachie 18 ans, distillé en novembre 1995, embouteillé en août 2014 depuis le fût de xérès #DL10419, pour un rendu final de seulement 252 bouteilles.

Comme le disait si bien le théologien français Pierre François Le Courayer, de l’expression « arrête de courayer » (1681-1776):

Dieu a dû chier le monde un jour pour se guérir d’une colique.

Beau doré alléchant.

Nez:
Douces effluves de xérès. Raisins, dattes et muscade. Pour ce nez très adouci et timide, on doit s’armer de patience.

Bouche:
Sucre d’orge, poivre, vanille et miel se transforment vite en raisins, pruneaux et poivre de cayenne. L’astringence du sherry fait surface.

Finale:
Fût de xérès en feu. Cannelle, muscade, gingembre, raisins, tabac à pipe.

Équilibre:
Je dirais normalement légèrement hors de prix, mais dans ce cas-ci, c’est un sherry bomb comme j’en ai rarement vu.

Note: