#045 • Hart Brothers Glenturret 10 ans Cask Strength

Glenturret

55.5% alc./vol.
Glenturret Distillery, Crieff, Highlands, Écosse

C’est celle du centre sur la photo.

Ma dernière mignonnette de voyage est une expression de la distillerie Glenturret, mis en bouteille par l’embouteilleur indépendant Hart Brothers. Non Steve, pas les lutteurs…

Du haut de son 55.5% d’alcool et de ses 10 ans d’âge, ce cask strength provenant d’hier un repaire de contrebandiers, d’aujourd’hui la demeure de la Famous Grouse Experience m’a pris dans son filet et j’ai dû y gouter.

Malheureusement le constat qui s’en dégage est que les frères Hart auraient du le rabaisser autour de 43% à 46% pour vraiment le savourer au maximum. Pour dire comme feu Owen Hart lors de son dernier safari au Sri Lanka:

Si tu tombes dans le mortier, échapperas-tu au pilon?

Un fait méconnu concernant la distillerie est qu’un des ses anciens employés y détient un authentique record Guinness. Il s’agit de Towser le chat, responsable du contrôle de la vermine de 1963 à 1987. Les responsables du renommé livre des records ont statistiquement estimé à plus de 28 000 le nombre de souris attrapées sous son oeil vigilant. Sur ce, passons à table…

Nez:
Surprise nette d’acétone, forte acidité. Se dégage ensuite savon, miel et fleurs. Ça ne sied pas à tous d’être laissé brut de fût. Après quelques gouttes d’eau, on sent du chou à la crème, infiniment plus plaisant.

Bouche:
Miel, lavande, épices, texture huileuse voire même savonneuse. Un commencement doux suivi d’une attaque de cannelle. un filet d’eau rend les gorgées incroyablement plus veloutées.

Finale:
Très chaude et épicée. Une légère vague de mûre descend tranquillement ensuite.

Équilibre:
Un cask strength sans grande personnalité. Une fois dilué un tout petit peu, tout son charme prend l’avant-plan. S’il avait été plus près des 40 à 45% d’alcool, j’aurais volontiers payé plus encore pour la bouteille. En plus le coût de revient de l’embouteilleur aurait été inférieur. Profits mirobolants garantis. Il faut croire que les frères Hart pensent comme des lutteurs après tout.

Note:

#044 • Speyburn 10 ans

Speyburn 10

43% alc./vol.
Speyburn-Glenlivet Distillery, Rothes, Speyside, Écosse

La seconde mignonette que j’ai eu l’occasion de siroter la semaine dernière a été le Speyburn 10 ans. Certains diront que j’aurais pu en profiter pour boire des trucs que je ne retrouve pas au Québec, mais ces petits formats que l’on retrouve pleine grandeur en SAQ ont « fait la job » pendant que je me gardais des exclusivités pour ouvrir ici ensuite. Ne vous en faites pas, j’y arriverai dans les prochaines semaines et vous ne serez pas déçus. Comme l’a si admirablement illustré en paroles Ghandi:

Chien en vie vaut mieux que lion mort.

Le Speyburn est une concoction de la distillerie Speyburn-Glenlivet, à ne pas confondre avec la distillerie Glenlivet proprement dit. Elle a été fondée en 1897 avec l’idée bien ancrée en tête que les premiers fûts seront remplis pour le jubilé de diamant de la reine Victoria. Surprenant, vu le proverbe écossais suivant:

Douze Highlanders et une cornemuse font une rebellion…

Pour ceux qui ont poursuivi la lecture jusqu’ici et qui l’ignorent, un jubilé de diamant est une célébration qui marque les 60 ans de règne d’un monarque. Et dire que je viens de louper celui de notre bonne vieille reine Elisabeth II en juin dernier. Ça vaut bien un autre verre de whisky.

Nez:
Sa couleur jus de pomme dorée s’accorde avec son âge. Ça sent définitivement les pommes. Avec un peu de tire. En le laissant s’ouvrir un peu on se voit gratifié de toffee, de caramel et d’agrumes. J’en ai quand même senti de meilleurs.

Bouche:
Vanille, épices, un peu de tourbe pour couronner le tout. Un petit côté acide accompagne le retour des pommes à la fin. J’en ai quand même goûté de meilleurs.

Finale:
Finale sèche et épicée surplombée par un brin de toffee. Un goût étrange de racinette me reste sur le palais. J’en ai quand même fini de meilleurs.

Équilibre:
Tout ceci ne nous empêche pas toutefois d’apprécier ce scotch, il est quand même agréable, bien qu’il y en ait de meilleurs. L’apologie la plus appropriée serait la citation suivante de Sir John Alexander Macdonald:

Peut-être, mais pour dix piasses de plus j’ai un Macallan 10 ans!

Note: