#376 • Aberfeldy 21 ans

Aberfeldy 21 ans

40% alc./vol.
Distillerie Aberfeldy, Aberfeldy, Highlands, Écosse

Je vous avais promis d’en arriver à ce malt il y a quelque temps, et j’ai fini par aller y goûter en SAQ Signature, voici le Aberfeldy 21 ans.

Produisant exclusivement pour les blends de Dewar’s depuis sa fondation par John Dewar & Sons en 1896, la distillerie Aberfeldy n’embouteille du single malt sous son nom que depuis 1999, même pas 20 ans! Ce qui ne les empêchait pas d’en produire et de le laisser vieillir, pour nous offrir ce que nous allons déguster aujourd’hui, un beau 21 ans d’âge.

Comme le disait si bien le nouvelliste et romancier américain Robert E. Howard, inventeur de l’heroic fantasy, avec les aventures de son héros Conan le Barbare (1906-1936):

Tout homme s’offre le luxe inestimable de prononcer son premier et son dernier mot.

Très riche et bien doré.

Nez:
Caramel lourdement malté. Noix et oranges. L’influence du bois est marquée, mais sans trop vouloir prendre toute la place.

Bouche:
Miel sucré et juteux, beau poids en bouche, marmelade un peu amère, fruits et délicieux toffee. Raisins. Doux et suave, malgré qu’on voudrait un tout petit peu plus de personnalité.

Finale:
Assez courte sur de fortes notes de vanille et de chêne grillé.

Équilibre:
Un excellent nez, mais la tranquilité du reste de l’expérience fait patate. Donnez-nous un peu plus de teneur en alcool. Avec un nez et un énoncé d’âge pareil, je m’attends à plus de cette distillerie.

Note:

#373 • AnCnoc Cutter

Ancnoc cutter

46% alc./vol.
Knockdhu Distillery, Knock, Speyside, Écosse

On parle aujourd’hui d’un embouteillage d’une distillerie qui a fait preuve d’innovation dans les dernières années, Knockdhu, avec son célèbre AnCnoc, qui prend ici une tournure inattendue.

AnCnoc est généralement connu comme un whisky assez doux, mais la distillerie a décidé récemment de mettre la main à la pâte sur une nouvelle gamme qui s’ajoutera à son portfolio, un côté obscur, un éventail de whiskys extrêmement tourbés. Ce n’est pas étranger à leur histoire car les embouteillages produits dans les débuts de la distillerie bénéficiaient de l’apport des tourbières locales.

Cette bouteille a été baptisée Cutter en l’honneur d’un outil spécifiquement concu pour récolter de la tourbe dans des couches moins profondes et plus sèches. Son contenu frappe à la hauteur de 20.5ppm de phénols

Comme le disait si bien l’homme de lettres, romancier, philosophe et homme politique français Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814):

Il est un antre obscur où vont s’isoler les amours pour nous séduire avec plus d’énergie.

Un autre tellement désaturé que j’en viens à questionner la pertinence d’en décrire la couleur.

Nez:
Tourbe discrète, impression de carton de boîte de pizza. Pommes, poires et sel marin. Meringue, crème et citron. Fumée huileuse, gaze imbibée d’iode.

Bouche:
Arrivée douce et sucrée, gouttes de rosée, fleur de sel, miel, poires, herbe, tourbe. Léger poivre rose main dans la main avec un bloc de tourbe humide. La fumée s’efface un peu vers la fin, juste assez pour nous offrir une séduisante dose de pamplemousse rose juteux.

Finale:
Longue et légèrement épicée sur des notes de chêne, de poivre, de chocolat blanc et de fumée cendreuse.

Équilibre:
Équilibre presque parfait, un autre endroit où Islay pourrait prendre une ou deux leçons. Négliger cet embouteillage serait une erreur.

Note:

#366 • AnCnoc Black Hill Reserve

AnCnoc Black Hill Reserve

46% alc./vol.
Knockdhu Distillery, Knock, Speyside, Écosse

Je reviens enfin vers une des distilleries les plus sous-estimées du marché du scotch whisky, AnCnoc, avec une édition d’un litre disponible uniquement dans les boutiques hors-taxes, le Black Hill Reserve.

Lancée au début de 2015, l’expression Black Hill Reserve est un single malt intéressant qui a vieilli dans des fûts de bourbon de premier remplissage et qui a été embouteillé à mon taux d’alcool fétiche de 46%. Son nom provient du nom de la distillerie, Knockdhu, qui veut dire « colline noire », ou Black Hill, en gaélique.

Mais comme le dit si bien ce proverbe arabe:

Celui qui tient la plume ne s’inscrit jamais parmi les coupables.

Très pâle pour cette édition spéciale.

Nez:
Orge séchée, foin et vanille. Fruits caramélisés, pommes et poires.

Bouche:
Fruits rouges, miel et vanille dans les bras d’une texture acceptablement huileuse. Le chêne est très présent et fait le pont avec la finale.

Finale:
Depuis la planche de chêne du départ, on continue avec un peu de miel et de menthe, un peu d’épices et de vanille, ainsi qu’une légère fumée.

Équilibre:
Un peu trop poids-plume pour une édition spéciale, même à 46% d’alcool. Une chance que ce n’est pas moins que ça.

Note:

#324 • Old Pulteney 21 ans 1983

46% alc./vol.
Distillerie Old Pulteney, Wick, Highlands, Écosse

On a affaire ici à une grosse pointure de la distillerie maritime des Highlands Old Pulteney, avec un whisky de 21 ans distillé en 1983!

En plus d’être la distillerie la plus au nord du continent britannique, Old Pulteney est une des seules distilleries à avoir été nommées en l’honneur d’un individu, en l’occurence Sir William Johnstone Pulteney, qui donna son nom à Pulteneytown, à Wick.

Un de ses alambics n’a pas de cou traditionnel, car paraît-il que le gérant de l’époque l’avait coupé pour que l’engin passe le cadre de porte de la distillerie.

Comme le disait si bien Sir William Pulteney lui-même (1729-1805):

Un eunuque décapité, ça n’a ni queue ni tête…

Riche confiture d’abricots et soleil d’automne.

Nez:
Assaut d’une légère brise de térébenthine assez facile à balayer du revers. On laisse ensuite place à l’orge et aux épices. On passe après par pommes et fruits mûrs pour terminer sur des accents de bois et d’eau de rose.

Bouche:
Tout en douceur sur des notes de rayon de miel, de céréales épicées et de chêne sec. Les pommes planent en permanence au-dessus de tout le reste.

Finale:
Le chêne sec et poussiéreux demeure longtemps en bouche, accompagné de petites pommes sûres et salées. Soupçon de vanille?

Équilibre:
Bel assemblage de belles caractéristiques des Highlands. Rappelle par moments certaines expressions notables de Glen Garioch, à d’autres moments un Glenmo, mais toujours avec ce petit côté maritime que ces deux derniers n’ont pas.

Note:

#308 • Old Pulteney Pentland Skerries Sherry Cask

46% alc./vol.
Distillerie Old Pulteney, Wick, Highlands, Écosse

Je termine ma série de souvenirs de boutiques hors-taxes, goûtée il y a près d’un an au Club de Scotch Whisky de Québec, avec une distillerie incontournable des highlands, le Old Pulteney Pentland Skerries Sherry Cask.

Le Old Pulteney Pentland Skerries a été vieilli en fûts de xérès espagnols, afin de faire ressortir de belles notes de raisin et de chocolat noir complémentaires à son caractère maritime.

Son nom provient de deux phares identiques qui portent le même nom, construits sur les îles Pentland Skerries, situées entre les Orcades et le continent écossais.

Comme le disait si bien le général, homme de lettres et ingénieur français Marc-René, marquis de Montalembert (1714-1800):

Il en est des défauts comme des phares: seuls ceux des autres nous aveuglent.

Beau roux profond.

Nez:
Cuir fumé vers sherry astringent. À peine marin avec une vague impression de xérès et de bruyère.

Bouche:
Juteux et fruité sur un puissant échafaudage de sherry épicé et de cuir.

Finale:
Encore le cuir, cette fois-ci sur des feuilles de tabac à pipe parfumées et du bois sans fin.

Équilibre:
Excessivement masculin sur de fortes notes générales de musc. Le sherry cask du peuple. Malheureusement rien à voir avec le 12 ans.

Note:

#296 • McClelland’s Highland Single Malt

McClelland's Highland Single Malt

40% alc./vol.
Distillerie Glen Garioch, Oldmeldrum, Highlands, Écosse

Je reviens aujourd’hui au bas de la pyramide avec une petite expression d’entrée de gamme trouvée dans le Maine, le McClelland’s Highland Single Malt.

McClelland’s est une compagnie appartenant à Morrison Bowmore Distillers (qui eux font maintenant partie du groupe Beam Suntory) qui embouteille une variété de single malts visant à représenter les régions productrices majeures de l’Écosse. Dans mes articles précédents j’ai effleuré celui du Speyside ainsi que le seul disponible en SAQ, celui de l’Islay.

Si on joue au détective, on peut spéculer sur la provenance de ces single malts. Si on prend pour acquis que McClelland’s n’embouteille que des malts lui appartenant, on peut se permettre de penser que l’expression d’aujourd’hui serait un jeune Glen Garioch.

Lors d’une de ses visites à Québec, j’ai demandé à Iain McCallum, l’ambassadeur de Morrison Bowmore, de m’éclairer sur la provenance des expressions de McClelland’s, mais pour des raisons de confidentialité et de marketing, il a poliment refusé.

Comme le disait si bien le dessinateur de comics américain Robert Kahn, mieux connu sous le nom de Bob Kane, créateur de Batman (1915-1998):

Quand une femme engage un détective privé pour suivre son mari, c’est d’abord pour savoir ce que les autres femmes peuvent bien lui trouver.

Teinte de caramel neutre.

Nez:
Vanille et sucre d’orge cachent du foin et des fruits sûrs. Zeste de citron avec un soupçon de vernis à bois. Un brin de noix et de sueur de scrotum.

Bouche:
Un peu aqueux avec une faible vanille et quelques agrumes. pommes pourries avec un petit arrière-goût métallique.

Finale:
Amère, courte et sèche. Épicée et métallique. Je ne la voudrais pas plus longue que ça.

Équilibre:
Pas si horrible que tous ceux qui l’ont essayé avant moi l’ont rapporté. Le spiritueux de base semble avoir un petit côté rédempteur, alors qu’il me semble que ce sont peut-être des fûts de mauvaise qualité qui ont gâté la sauce.

Note: