#439 • Black Bottle

Black Bottle

40% alc./vol.
Burn Stewart Distillers, East Kilbride, South Lanarkshire, Écosse

C’est le moment de prendre un bon petit blend qui est, au moment d’écrire ceci, étonnamment disponible en SAQ, le Black Bottle.

La recette actuelle du Black Bottle date de 2013, à un moment où l’assembleur a décidé de remplacer un peu de la forte influence d’Islay par quelques malts du Speyside, afin de tenter de renouer avec les racines de la marque. On conserve toutefois une touche d’Islay avec une timide portion de Bunnahabhain dans le lot.

Jadis ce blend était disponible en versions de 10 et de 15 ans, mais malheureusement aujourd’hui ils ne produisent plus que du NAS.

Comme le disait si bien l’écrivain américain Truman Capote, de son nom de naissance Truman Streckfus Persons (1924-1984):

Si les artistes boivent, c’est qu’ils ont besoin de calmer la sensibilité qui les dévore.

Jaune doré relativement vif pour un blend d’entrée de gamme.

Nez:
Une légère tourbe salée occulte un malt grillé qui n’est pas sans rappeler un Bunnahabhain. Miel et cacao balancent correctement le reste du nez.

Bouche:
Mielleux, tourbé et cendré à la fois. Citron et caramel continuent à danser sur des notes de cuir et de fumée de tourbe salée.

Finale:
D’une fraîcheur évoquant les meilleures expressions de pêche d’Islay. Quelques épices, mais surtout tourbe et citron.

Équilibre:
Un grand rapport qualité-prix quand on peut mettre la patte dessus. Rares sont les blends qui peuvent aussi bien exprimer le caractère intransigeant d’Islay.

Note:

#422 • Hart Brothers Blended Malt 17 ans Port Finish

Hart Brothers Blend 17 Port Finish

50% alc./vol.
Hart Brothers, East Kilbride, South Lanarkshire, Écosse

Au moment d’écrire ces lignes, il reste encore en SAQ une poignée de ces bouteilles de l’indépendant Hart Brothers, un blended malt de 17 ans affiné en fûts de porto.

Bien au contraire des singles malts de l’embouteilleur, qui ne font pas toujours l’unanimité chez les whisky geeks, ses blends (il en existe aussi un avec finition en fûts de xérès) nous offrent une belle surprise…

Comme le disait si bien l’avocat et ancien maire de Montréal Jean Drapeau (1916-1999):

Le sexe c’est comme une partie de cartes. Si tu n’as pas un bon partenaire tu es mieux d’avoir une bonne main…

Ambre bruni avec une touche orangée et rosée, attendue d’un tel fût.

Nez:
Bol de céréales nappées de crème anglaise. Miel et vanille percent avec une influence minime du fût de porto. Léger caramel.

Bouche:
Mielleux mais affirmé. Fruits rouges et vanille supportés par les épices et le caramel salé, pour en finir avec une vague de vin rouge.

Finale:
Moyennement longue, sur des notes épicées et vineuses nous évoquant un dessert de vin portugais fortifié.

Équilibre:
Choix sensé d’embouteiller à 50% d’alcool. Somme toute bien intéressant, comme quoi Hart est meilleur en tant qu’assembleur que simple embouteilleur.

Note: