#102 • Johnnie Walker Black Label 12 ans

JW Black Label

40% alc./vol.
Groupe Diageo, Kilmarnock, Ayrshire, Écosse

Aujourd’hui même marque le 40e anniversaire de décès du maître en arts martiaux Bruce Lee. Johnnie Walker a regroupé une fine équipe de spécialistes en animation par ordinateur et a décidé de l’honorer par une jolie pub, que je mets en lien plus bas (mettez les sous-titres anglais, il y a un message somme toute inspirant).

Ce qui est bien à propos pour ma critique d’aujourd’hui, celle du plébien et savoureux Johnnie Walker Black Label. C’est le second blend de Johnnie Walker le plus vendu au monde, juste derrière le Red Label. Il est composé d’au-dessus de 40 whiskys, le plus jeune d’entre eux étant vieilli 12 ans.

Il est aussi fort intéressant de noter qu’on y fait référence à plusieurs endroits dans la culture populaire, par exemple: Le Black Label est le scotch de prédilection du personnage d’Alec Baldwin dans la série 30 Rock, et c’est aussi le whisky que boit Harrison Ford dans le chef d’oeuvre de la sci-fi Blade Runner.

Mais la croyance la plus répandue est celle que le Johnnie Walker Black Label aurait été le breuvage de prédilection de mon grand ami Sir Winston Leonard Spencer-Churchill, qui aurait dit en pareilles circonstances:

Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député !

Orange vif, ambre de feu. Beau blend.

Nez:
Un délicat côté médicinal sur le cuir frappe d’entrée de jeu. Par la suite le coeur est de tarte aux pommes et sucre d’orge, pour compléter avec une touche de fumée.

Bouche:
Moins fumé qu’au nez. Miel sucré et canne à sucre. Juteuses épices avec un fini de crème brûlée.

Finale:
Chaude et épicée. Pourrait durer d’avantage, surtout qu’on se délecte des subtils arômes sucrés qui reviennent à la fin.

Équilibre:
Un rapport qualité-prix d’une robustesse impressionnante. Churchill avait du goût. Mais ça on le savait déjà…

Note:

#084 • Johnnie Walker Platinum Label 18 ans

JW Platinum Label

40% alc./vol.
Groupe Diageo, Kilmarnock, Ayrshire, Écosse

Oh boy, Johnnie Walker lui-même qui parade sur ses bouteilles d’un pas décidé. Parmi les expressions de sa gamme divisée par la couleur de l’étiquette, le Red Label est le scotch le plus vendu au monde et le Black Label, non Steve, pas la bière, était supposément le whisky fétiche de Winston Churchill.

Merci encore aux grands explorateurs de l’Irlande et de l’Écosse pour la dégustation exquise qui se conclut avec une expression qui était destinée tout d’abord au marché asiatique et qui se retrouve depuis peu au Canada, le Johnnie Walker 18 ans Platinum Label.

C’est qui l’anicien joueur des Red Wings Johnny Wilson, qu’on confondait parfois avec le dit Johnnie Walker, qui a soufflé une fois:

Méfiez-vous : un robinet qui marche est un robinet qui essaie peut-être de fuir.

Nez:
Beau mélange, sucres vanillés, fruits séchés, légère fumée, citron, très complexe. Le caramel écossais y est très lourd. On sent l’effort derrière la composition de ce blend.

Bouche:
Huileux et riche. Miel et fumée s’abandonnent à une harmonieuse joute d’escrime. Étonnament doux et balancé. Un brin d’orange et de chêne font une visite vers la fin..

Finale:
Vapeurs de citron et d’orange. Un peu trop doux par rapport au reste, presque décevant.

Équilibre:
Je n’ai jamais été naturellement porté vers les blends, probablement par préjugés non-fondés. Mais le Platinum Label me jette par terre, il a été élaboré avec amour, et ça se voit.

Note: