#444 • Douglas Laing Timorous Beastie

Timorous Beastie

46.8% alc./vol.
Douglas Laing, Glasgow, Lowlands, Écosse.

Un beau petit blend des Highlands pour égayer ce jeudi…

Douglas Laing & Co est un embouteilleur indépendant fondé en 1948 à Glasgow qui produit des expressions reconnues telles que Clan Denny, Provenance, Old Particular et Big Peat.

Le laissez pas le petit mulot sur la bouteille vous faire croire que ce whisky n’est pas à la hauteur. Le contenu de cette dernière est composé entre autres de single malts tels Dalmore, Glen Garioch, Glengoyne et bien plus. Son nom est un clin d’oeil à la poésie de Robbie Burns.

Comme le disait si bien le premier sociologue québécois, Léon Gérin (1863-1951):

Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris.

Doré très jaune avec des jambes plutôt lentes à démarrer.

Nez:
Beau blend de céréales fruitées, avec l’impression qu’un petit sherry cask se cache à quelque part dans l’assemblage. Fruits rouges et sucre brun à fond.

Bouche:
Encore très sucré et fruité, avec quelques notes timides de dattes, d’épices et de chêne. Intéressant mais sans toutefois cogner un circuit. Petit cuir.

Finale:
Les épices, surtout le poivre enflammé, prennent l’avant-scène, et nous laissent sur une planche de chêne humide et légèrement amère.

Équilibre:
C’est rare que je dis cela, mais peut-être qu’un taux d’alcool un brin inférieur aurait un peu calmé la bête et offert une finale moins violente.

Note:

#439 • Black Bottle

Black Bottle

40% alc./vol.
Burn Stewart Distillers, East Kilbride, South Lanarkshire, Écosse

C’est le moment de prendre un bon petit blend qui est, au moment d’écrire ceci, étonnamment disponible en SAQ, le Black Bottle.

La recette actuelle du Black Bottle date de 2013, à un moment où l’assembleur a décidé de remplacer un peu de la forte influence d’Islay par quelques malts du Speyside, afin de tenter de renouer avec les racines de la marque. On conserve toutefois une touche d’Islay avec une timide portion de Bunnahabhain dans le lot.

Jadis ce blend était disponible en versions de 10 et de 15 ans, mais malheureusement aujourd’hui ils ne produisent plus que du NAS.

Comme le disait si bien l’écrivain américain Truman Capote, de son nom de naissance Truman Streckfus Persons (1924-1984):

Si les artistes boivent, c’est qu’ils ont besoin de calmer la sensibilité qui les dévore.

Jaune doré relativement vif pour un blend d’entrée de gamme.

Nez:
Une légère tourbe salée occulte un malt grillé qui n’est pas sans rappeler un Bunnahabhain. Miel et cacao balancent correctement le reste du nez.

Bouche:
Mielleux, tourbé et cendré à la fois. Citron et caramel continuent à danser sur des notes de cuir et de fumée de tourbe salée.

Finale:
D’une fraîcheur évoquant les meilleures expressions de pêche d’Islay. Quelques épices, mais surtout tourbe et citron.

Équilibre:
Un grand rapport qualité-prix quand on peut mettre la patte dessus. Rares sont les blends qui peuvent aussi bien exprimer le caractère intransigeant d’Islay.

Note: