#419 • Scapa Skiren

Scapa Skiren

40% alc./vol.
Distillerie Scapa, Kirkwall, Orkney, Écosse.

Ayant trouvé le Scapa 16 ans assez agréable, je me suis dit que je n’avais pas grand chose à perdre en essayant le Scapa Skiren, une des nouveautés de 2015 sans mention d’âge dans leur portfolio. Bon et bien devant le fait accompli je commence mes dégustations de 2018 sur une note de merde.

Depuis sa fondation en 1885, Scapa est la deuxième distillerie la plus septentrionale de l’Écosse, la première étant bien sûr Highland Park. Son ancien propriétaire avait mis la clé dans la porte en 1994, mais Pernod Ricard la ressuscita en 2005.

Bien que Scapa produit beaucoup de single malt pour des blends tels que Ballantine’s, ils ont aussi une gamme d’embouteillages propre à eux. Le nom Skiren voudrait dire en vieux norrois « cieux brillants et scintillants« . Ils ne se prennent pas pour n’importe qui.

Comme le disait si bien le journaliste et chroniqueur sportif québécois, publié dans le quotidien Le Devoir, Jean Dion (1962-) :

S’il est vrai qu’il est plus facile pour un chameau de passer à travers le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer au Royaume des cieux, un constat s’impose : il n’y a pas de sport professionnel au paradis.

Nez:
Céréales, miel et vieille poche. Rappelle certains malts des Lowlands. Pommes vertes, chêne et citron.

Bouche:
Miel, poires, pommes, épices, bois et vague arrière-goût de renfermé. Paraît beaucoup plus fort qu’il ne l’est en réalité.

Finale:
Épices, poivre et planche de chêne trop amère. Agrumes pourris, je ne veux pas finir mon verre.

Équilibre:
Je le trouverais passable pour un NAS d’entrée de gamme, mais au prix demandé ce single malt est une vraie honte.

Note:

#418 • Grant’s Sherry Cask Finish

Grant's Sherry Cask Reserve

40% alc./vol.
Distillerie Glenfiddich, Dufftown, Speyside, Écosse

On y va pour le drink d’aujourd’hui avec une belle variation d’un blend classique. William Grant & Sons assemblent du scotch depuis la fin du 19e siècle. Beaucoup d’entre vous devez connaître le Grant’s Family Reserve, vendu dans près de 180 pays, incluant le Canada, et composé de plus de 25 malts dont Balvenie, Kininvie et bien sûr Glenfiddich qui lui a aussi imparti la forme de sa bouteille triangulaire.

Et bien voici la dîte variation, affinée en fût de xérès, le Grant’s Sherry Cask Finish.

Comme le disait si bien le pasteur anglais Jack Russell(1795-1883):

On garde longtemps son premier amant, quand on n’en prend point de second.

Nez:
Alcool plutôt effacé pour un blend de cette catégorie. Jolis arômes de céréales, de fruits rouges et de bois. Quelques notes de xérès mais pas plus.

Bouche:
Sucre doré et raisins verts dès l’arrivée en bouche, suivi par de légères notes de chêne et de sherry. Une poignée d’épices complètent le tout.

Finale:
Assez linéaire, manque un peu de longueur, tout en restant plutôt agréable.

Équilibre:
Un bon blend de semaine, meilleur de loin que l’édition ordinaire. Excellent choix pour un sherry cask de semaine mais pas bien plus.

Note: