#372 • Woodford Reserve

46.2% alc./vol.
Woodford Reserve Distillery, Versailles, Kentucky, États-Unis

On fait du saumon avec, on l’encense dans le monde du bourbon, mais on ne s’y est jamais sérieusement ou simplement arrêté ici, voici le bon vieux Woodford Reserve.

C’est pas si souvent que ça qu’on visite la base de la pyramide, mais on a affaire ici à un bourbon qui est un peu ici la définition même de l’appellation.

Je vais devoir citer ici pour une seconde fois l’acteur, réalisateur et producteur américain Larry Martin Hagman, mieux connu pour son rôle de J.R. dans Dallas (1931-2012):

On ne peut désigner le sommet d’une pyramide sans localiser sa base.

Roux-ambré classique du bourbon.

Nez:
Épices et fruits séchés nous accueillent. Raisins, maïs, caramel et vanille. Un 2e nez révèle encore du caramel, mais brûlé cette fois-ci.

Bouche:
Belle texture, notes de caramel, de salade de fruits, de miel et de maïs, surplombé de vanille. Retour du toffee et du butterscotch.

Finale:
Agréable longueur ponctuée d’épices et de vanille. Chêne grillé et maïs nous portent vers une agréable finition sirupeuse.

Équilibre:
Superbe pour une expression de base. Un incontournable à avoir dans sa collection de bourbons.

Note:

#339 • Bulleit Bourbon 10 ans

Bulletin Bourbon 10

45.6% alc./vol.
Groupe Diageo / Lawrenceburg Distillers Indiana, Lawrenceburg, Indiana, États-Unis

La réputation du bourbon gorgé de rye d’Augustus Bulleit n’est plus à faire aujourd’hui. Mais ne pouvant s’arrêter à une seule recette, voici une édition spéciale vieillie plus longtemps, le Bulleit Bourbon 10 ans…

Il est issu d’une sélection de fûts de chêne américain carbonisés qui ont été mis spécialement de côté par Tom Bulleit lui-même pour une maturation additionnelle.

Comme le disait si bien l’acteur américain Lee Van Cleef (1925-1989):

L’adolescence commence le jour où, lorsqu’il regarde un western à la télé, un enfant préfère voir le cowboy embrasser la fille plutôt que son cheval.

Un bel ambre orangé fidèle à son emballage.

Nez:
Très doux avec épices du rye, vanille, pain chaud et bois de pin. Son vieillissement supplémentaire l’a considérablement adouci.

Bouche:
Toujours doux et sucré. Seigle et maïs, épices et chêne carbonisé. Orange confite et cannelle en puissance.

Finale:
Les oranges sucrées nous déposent sur un chemin à la poursuite des épices du seigle et du chêne, mais ces saveurs ont tendance à prendre la fuite avant que nous ne puissions pleinement en profiter.

Équilibre:
Un bourbon plus que respectable, avec un équilibre et une complexité dont il ne faut pas avoir honte. Taux d’alcool efficace, emballage vintage, maturation appropriée. Solide.

Note: