#402 • George Dickel Rye

George Dickel Rye

45% alc./vol.
Distillerie George Dickel, Cascade Hollow, Tennessee, États-Unis

On y va aujourd’hui avec un premier article sur à peu près la seule autre distillerie de Tennessee Whiskey, George Dickel. Mise sur pied en 1877, c’est une autre distillerie qui fait à ce jour partie de l’empire Diageo PLC.

Nous nous attarderons pour commencer à leur Rye Whisky. Fait à noter que contrairement à la grande majorité des américains, George Dickel ont intentionnellement omis le « e » dans le mot « whisky ». Ils disent qu’ils l’écrivent à l’écossaise Parce que selon le fondateur lui-même, les whiskies George Dickel seraient d’aussi grande qualité et aussi doux que les meilleurs scotchs.

Comme le disait si bien l’acteur américain et activiste politique John Charles Carter ou Charlton John Carter, mieux connu sous le nom de Charlton Heston (1923-2008):

Les hommes qui donnent un nom à leur pénis le font parce qu’ils détestent qu’un inconnu prenne 99% des décisions à leur place.

Orange léger, tangerine, un peu diffus.

Nez:
Comme pour tous les rye whiskies, le nez ne ment jamais. Seigle, pommes et vanille, épices et petits fruits rouges. Bois de chêne.

Bouche:
Belle texture veloutée. Fruits des champs, pommes Granny Smith, cannelle, vanille et clou de girofle. Personne ici n’est surpris, mais on aime bien l’ensemble.

Finale:
Chaude, sur les épices du seigle et la planche de chêne presque poussiéreuse.

Équilibre:
Un excellent rye de base de la pyramide. Un scandale de ne pas avoir ça en SAQ, ne serait-ce que pour avoir un autre Tennessee Whiskey que le Jack…

Note: 3 Stars

#396 • Woodford Reserve Four Wood Selection

Woodford Reserve Four Wood

47.2% alc./vol.
Woodford Reserve Distillery, Versailles, Kentucky, États-Unis

C’est comme ça à tous les ans, on ne peut pas vraiment publier le 4 juillet autre chose qu’un bon vieux whiskey américain. N’allons-y pas de main morte avec un Woodford Reserve Four Wood Selection.

On appelle cette édition spéciale de 2012 le Four Wood dû à son séjour dans quatre types de fûts différents, chose très rare dans l’industrie du bourbon. Ce mélange de chêne américain, de fût de xérès, de fût de porto et de bois d’érable nous offre un whiskey qui pack un beau gros punch aux fruits.

Comme le disait si bien l’acteur, réalisateur, compositeur et producteur de cinéma américain Clinton « Clint » Eastwood (1930-) :

Un Smith & Wesson bat quatre as.

Bourbon roux, presque rouge.

Nez:
Hors du commun, on croirait à autre chose qu’un whiskey américain. Chêne et biscuits secs style « Thé Social », pain et maïs. Vanille et raisins, cerise noire. Caramel brûlé.

Bouche:
Toujours chêne et épices, bois poussiéreux, cerise, maïs et poires. Pomme et nectarine. Vraiment unique.

Finale:
Courte mais punchée par des notes de porto, de pommes et de bois.

Équilibre:
Un superbe exemple d’un affinage spécial pour un bourbon, chose inusitée dans l’industrie.

Note: 4 Stars